Suspense, scalpel et placenta : la télé belge invente "Vis ma vie de club de D2"

Une chaîne de télé va montrer les coulisses de trois clubs belges en lice pour monter en première division. Avec passages au bloc opératoire inclus. 

L\'émission de téléréalité belge \"En route vers la D1\" suit trois clubs en lice pour la première division.
L'émission de téléréalité belge "En route vers la D1" suit trois clubs en lice pour la première division. (BELGACOM TV)

Comment faire parler de trois clubs belges de deuxième division ? Sur un marché saturé médiatiquement, exister alors qu'on végète à l'étage inférieur d'un championnat considéré comme moyen, c'est difficile. La chaîne Belgacom a eu l'idée de montrer les coulisses de trois clubs concernés par la montée en D1, Eupen, Charleroi et Waasland-Beveren. La bande-annonce affiche la couleur : on verra les joueurs sur et en dehors du terrain, le tout dramatisé par une voix off façon "Nouvelle Star". 

Comme on est en Belgique, les trois clubs suivis appartiennent tous à une communauté différente : Charleroi est l'une des principales villes wallonnes, Beveren est situé en Flandre, et Eupen est le club fanion de la petite partie germanophone du pays. Bandes-annonces.

 

Accouchement et opération comme si vous y étiez

Le directeur sportif du RSC Charleroi, Mehdi Bayat, explique : "On a un peu mis les joueurs devant le fait accompli. Le concept de téléréalité fait peur, on a tout de suite tendance à penser que ce sera quelque chose de trash. Mais c'est plus un docuréalité, en fait. Au bout de deux semaines, les joueurs étaient habitués à la présence des caméras. Tout est naturel, on n'a pas inventé d'histoire, on s'intéresse à la concierge du club, aux ouvriers, aux supporters. Belgacom a même assisté à l'accouchement de la femme d'un joueur d'Eupen, et à l'opération d'un de nos joueurs, quand les médecins lui mettent des tubes dans le genou."

Ce type de télé, pardon, docuréalité peut-il faire école en France ? "Les audiences de cette saison seront déterminantes. On va servir de test, c'est plus facile d'organiser ça dans un petit pays comme la Belgique. Mais ça peut ouvrir la porte à ce type de documentaire dans d'autres pays. Pourquoi ne pas mettre des caméras dans la vie des joueurs du PSG ou de l'OM ?"

Peut-être que cette initiative va rendre sexy la D2 belge, qui bat des records en termes de complexité. Ainsi, quand Wikipedia tente d'expliquer le système de montée en D1, ça n'explique pas grand-chose : "Ce championnat est virtuellement partagé en 3 tranches (10 + 12 + 12 matchs) donnant chacune lieu à un classement distinct. Les trois vainqueurs de tranche sont qualifiés pour un tour final en compagnie d'un barragiste de Division 1. Le vainqueur de ce tournoi final monte/reste en D1. Dans le cas où le champion remporte une ou plusieurs tranches (ou qu'un même club remporte plus d'une tranche), la qualification au tour final revient au 2e du classement général et ainsi de suite." A vos souhaits !

Voilà qui change des "Star Ac" du foot

Il ne s'agit pas de la première téléréalité sur le foot, mais c'est la première qui suit les équipes au quotidien, en feuilletonnant les épisodes de la vie du club. Plusieurs émissions se sont inspirées de la "Star Academy" pour raconter le parcours de jeunes joueurs prometteurs, sélectionnés par un jury d'anciens champions. 

Une version africaine a vu le jour en 2011, avec Didier Drogba en parrain. L'"African Football Dream Team", une émission qui offrait à de jeunes Africains 10 000 euros et des stages dans les centres de formation des clubs français, n'a pas connu de seconde édition. Comme dans "Koh Lanta", quand les jeunes aspirants à la gloire ouvrent leur casier dans le vestiaire, c'est le drame : une chasuble rouge signifie l'élimination, un maillot de l'African Football Dream Team, la victoire. Faites-vous une idée en regardant le dernier épisode sur le site de TV5 Monde. L'émission était critiquée par nombre d'observateurs du foot africain qui lui reprochaient "l'hypermarchandisation" des jeunes footballeurs, relève France 24.

La version espagnole, qui remonte à 2010, avait dans le rôle d'André Manoukian un certain Zinedine Zidane, qui déclare, face caméra : "Tu veux jouer dans le meilleur championnat du monde ? C'est ta chance !" A la clé, un stage de foot de six semaines sous les caméras, et une exposition conséquente pour un footballeur amateur. A lui ensuite de décrocher un contrat dans un club.

 

Dans un autre registre, l'ancien Ballon d'Or (et poison du Bayern Munich à la grande époque du FC Hollywood) Lothar Matthaus a annoncé qu'il allait être le héros d'une téléréalité à sa gloire, avec des caméras qui le suivent partout pendant quelques semaines. Avec cette nuance : "La douche et la chambre à coucher sont taboues et pour sûr, il n’y aura pas de scènes de sexe."

Rendez-vous le 5 avril sur le site Belgacom11.be pour vous faire une idée.