Cet article date de plus d'un an.

Succession de Noël Le Graët : "ll faut ouvrir tous les champs des possibles" pour porter les "belles valeurs" du football, estime Bixente Lizarazu

La question de la succession de Noël Le Graët à la tête de la FFF se pose désormais après sa mise en retrait déclenchée par des polémiques en série. Le champion du monde 98 Bixente Lizarazu appelle "à ne pas refaire les mêmes erreurs".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Bixente Lizarazu en juillet 2020.  (CHRISTOPHE ABRAMOWITZ / SERVICE PHOTOS)

Pour la succession de Noël Le Graët à la tête de la Fédération française du football, "il faut ouvrir tous les champs des possibles", a estimé jeudi 12 janvier sur franceinfo Bixente Lizarazu, champion du monde 98 et consultant football de franceinfo. Le comité exécutif de la FFF, réuni en urgence mercredi, a conduit à la mise en retrait de Noël le Graët de son poste de président de la Fédération en attendant les conclusions de l'audit lancé par le ministère des Sports en raison de nombreux dysfonctionnements. Florence Hardouin, directrice générale adjointe de la FFF, a aussi été mise à pied à titre conservatoire.

Philippe Diallo assurera l'intérim de Noël le Graët jusqu'à la publication du rapport d'audit, prévue pour la fin du mois de janvier. Mais après "l'accumulation de dérapages" du président de la Fédération française de football, Bixente Lizarazu n'envisage pas un retour à son poste de Noël le Graët.

Il faut donc penser à l'avenir et ouvrir "tous les champs des possibles" pour sa succession, selon le champion du monde 98, "tous ceux qui ont envie de porter haut et fort le football avec de belles valeurs", dit-il. Selon lui, "il ne faut pas refaire les mêmes erreurs et essayer de réfléchir sur ce que représente le football.

"Ce n'est pas juste une histoire de victoires ou de défaites. Ce sont aussi des valeurs à inculquer à des jeunes."

Bixente Lizarazu

à franceinfo

Alors que l'équipe de France sort "d'une très belle Coupe du monde, on se retrouve dans une crise majeure. C'est complètement fou", lance-t-il. "Ça veut dire que le dysfonctionnement est énorme", estime Bixente Lizarazu, "peut-être que pendant trop longtemps aussi, on a fermé les yeux sur des agissements".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.