Serie A : cinq choses à savoir sur la Salernitana, le nouveau club de Franck Ribéry

Franck Ribéry a signé lundi dernier avec le promu de Serie A. Il pourrait faire ses débuts contre le Torino ce dimanche.

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Franck Ribéry lors de sa présentation devant le public salernitain, lundi 6 septembre. (GIUSEPPE MAFFIA / NURPHOTO)

Son choix a pu surprendre. Courtisé par Lyon, le Hellas Vérone, la Sampdoria, la Lazio ou Naples, Franck Ribéry (38 ans) a signé à la Salernitana. Promu de Serie A et méconnu en France, ce club centenaire - fondé en 1919 - compte dans le paysage du calcio italien. Avant le possible premier match du Français contre le Torino, dimanche 12 septembre à 15 heures, voici cinq choses à savoir sur l'équipe de Salerne.

Deux petites saisons en Serie A

Si Franck Ribéry (81 sélections) a décidé de rejoindre la Salernitana, c'est avant tout car il a été séduit par le challenge sportif. "Je veux toujours jouer au football au haut-niveau. La Salernitana m'offre cette opportunité"a confié Kaiser Franck à L'Equipe. L'expérience de Ribéry sera bien utile en Campanie. Habitué aux divisions inférieures, le club n'est apparu qu'à deux reprises en Serie A.

La dernière fois, en 1999, Franck Ribéry était au centre de formation du LOSC et le jeune prodige Gennaro Gattuso n'avait pas pu empêcher son équipe de tomber en Serie B pour un petit point. 

Une habitude maison, puisque la première saison des Granata dans l'élite s'était déjà soldée par une relégation pour un seul petit point... Pas vernis lors de leurs deux précédents passages parmi les grands, les Salernitains vont tenter d'accrocher un maintien historique. Il faudra faire mieux que lors des deux premiers matchs : après une courte défaite à Bologne (3-2), le club a été corrigé par la Roma (0-4) devant son public.

Un public bouillant

S'ils n'étaient que 12 500 contre la Louve, c'est uniquement à cause des jauges encore en vigueur en Italie. Car les tifosi salernitains sont considérés comme l'un des publics les plus chauds de la Botte. "C'est une passion incroyable et c'est pour ça que je suis venu à Salerne, a d'ailleurs admis Ribéry. Dès les premiers contacts, j'ai senti l'envie du club de me prendre, puis la passion des tifosi a beaucoup pesé dans mon choix." 

Les tifosi de la Salernitana, lors d'un match de Serie B contre Perugia, le 21 octobre 2018. (PAOLO MANZO / NURPHOTO)

À Salerne, le natif de Boulogne-sur-Mer devrait retrouver une ambiance comparable à celles qu'il a connue à Galatasaray ou à Marseille. Il a d'ailleurs pu le constater lors de sa présentation, où se sont massés près de 8 000 spectateurs.

Une passion incroyable, malgré les résultats en demi-teinte. Lorsque le club évoluait en Serie C au début des années 2010, il réunissait plus de 10 000 spectateurs en moyenne. Et en 2015, un derby contre Avellino en Serie B a accueilli 22 000 passionnés... soit plus qu'un match de l'équipe nationale, disputé le même week-end à Palerme. Au stadio Arechi, la réception du voisin napolitain le 31 octobre vaudra particulièrement le détour.

Une montée validée tardivement en coulisses

En proie à des soucis financiers, la Salernitana a été sauvée par une personnalité bien connue du calcio. Fantasque président de la Lazio Rome depuis 2004, Claudio Lotito a racheté le club de Salerne en 2011, alors qu'il venait d'être relégué en Serie D. 

Si le club a gravi les échelons sous sa houlette, Lotito n'est pas vraiment une figure consensuelle auprès du public salernitain. Une partie des tifosi l'accuse notamment de consacrer la plupart de son temps - et de son argent - à la Lazio. Surtout, sa double-casquette a failli coûter à la Salernitana sa place en Serie A, les règlements n'autorisant pas qu'un même propriétaire détienne plusieurs clubs.

La situation s'est décantée début juillet, lorsque le club a été confié à un trust. Une solution précaire, puisque cette figure tierce, indépendante, doit trouver un repreneur à la Salernitana avant la fin de l'année. Sans quoi la présence de l'équipe dans l'élite serait remise en questions...

Simy, l'autre curiosité

L'an dernier, sept joueurs de la Lazio étaient prêtés à la Salernitana. Mais depuis que le club est sous l'égide d'un trust, les transactions entre Granata et Laziali sont interdites. Le promu a donc dû rebatir son effectif, et s'est attaché les services de Simy Nwankwo. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais le buteur nigérian de 29 ans a été le tube de la dernière Serie A.

Avec 20 buts, il a inscrit la moitié de ceux de l'équipe de Crotone, où il évoluait l'année dernière. Un total qui lui a permis de terminer cinquième meilleur buteur du championnat, niché entre les récents champions d'Europe Ciro Immobile et Lorenzo Insigne. La relégation du club calabrais l'a finalement convaincu de poser ses valises à Salerne, où il devrait profiter des caviars de Franck Ribéry.

Un cadre de vie paradisiaque

Lors d'un voyage en mars 1787, Goethe décrivait Salerne comme un lieu "incroyablement agréable et fertile". Gageons que Franck Ribéry, en plus de partager avec le poète l'amour de la langue allemande, saura apprécier ses conseils touristiques. Située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Naples, Salerne est une ville côtière de 120 000 habitants dans laquelle l'ancien Bavarois devrait trouver son bonheur.

Dans un style moins baroque que la resplendissante Florence où il a séjourné deux ans, Salerne et son climat doux offrent un cadre de vie idéal. Surtout, la ville se trouve à quelques encablures de la fameuse côte amalfitaine... 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Serie A

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.