Cet article date de plus de sept ans.

La Juve ralentit, Naples aussi

La Juventus n'a pris qu'un point à Rome contre la Lazio (1-1), après 12 victoires consécutives en Serie A, mais elle l'a arraché en infériorité numérique, en patronne, samedi en match avancé de la 21e journée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'Italien Claudio Marchisio  (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

LA JUVE A TOUJOURS FAIM. Même par vent contraire, la Juve s'en sort, et porte à 9 points son avance sur l'AS Rome, qui joue dimanche à Vérone (12h30) pour tenter de combler une petite partie de son retard. Le match a mal commencé pour le leader, réduit à dix après l'exclusion de son gardien, Gianluigi Buffon, pour une faute en dernier défenseur sur Miroslav Klose, qui a aussi coûté un penalty, transformé par Antonio Candreva (27e). Mais la Juve n'a jamais perdu sa combativité et a égalisé sur une action mêlant rage et talent: un centre en retrait à l'arraché de Stéphane Lichtsteiner pour une magnifique tête décroisée de Fernando Llorente (60e). La Juve a aussi un banc de champion, Marco Storari, le gardien remplaçant, a sauvé le nul avec une parade incroyable sur une tête à bout portant de Klose (76e). Enfin la "Vieille Dame" a la chance des vainqueurs, sauvée par son poteau sur un chef d'oeuvre du jeune prodige Baldé Keita (81e). La Juve a fait oublier la pâle prestation dans ce même stade, où, avec une équipe certes remaniée, elle avait été dominée et éliminée mardi de la Coupe d'Italie par la Roma (1-0). Cette Roma qui doit gagner à Vérone pour croire en son destin après avoir battu la Juve en confrontation directe.
   
NAPLES ENCORE FREINE. Si la "Louve" peut encore rêver rattraper la Juve, le Napoli a abdiqué en étant tenu en échec sur son terrain par le Chievo Vérone (1-1) en fin d'après-midi, où Gonzalo Higuain, la star de l'équipe, a raté plusieurs  occasions. Naples est à la merci d'un retour de la Fiorentina, qui reçoit dimanche le Genoa, et peut revenir à un point, en cas de victoire, de sa précieuse troisième place, qui vaut un accessit en Ligue des champions. Après le 2-2 concédé à la dernière seconde à Bologne, cette nouvelle contre-performance douche les ambitions de l'équipe de Rafael Benitez. Au lieu de penser à rejoindre la Roma, Naples doit surveiller ses arrières. Un but de Gennaro Sardo après un une-deux avec Cyril Théréau a suffi à mettre à terre le Napoli. Le défenseur Raul Albiol a évité le pire en égalisant à trois minutes de la fin du temps réglementaire, exploitant un centre de Lorenzo Insigne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Serie A

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.