Cinq dates-clés qui ont marqué la carrière de Paolo Rossi

Après des débuts en dents de scie, puis une suspension de deux ans pour des paris illégaux, Paolo Rossi a pu compter sur la confiance du sélectionneur italien Enzo Bearzot pour engranger de grands succès, avec comme apogée la victoire italienne au Mondial 82. Ballon d'Or la même année, Rossi a aussi brillé avec la Juventus, aux côtés de Michel Platini. Retour sur cinq dates marquantes de la carrière de celui que les Italiens surnomment "Pablito", disparu ce mercredi 9 décembre à 64 ans.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Paolo Rossi, buteur en finale du Mondial 82, contre l'Allemagne (?FARABOLA/LEEMAGE)
  • 1980 : Le scandale du Totonero

Dérivé du nom du loto sportif italien de l’époque, le "Totocalcio", le scandale du Totonero éclate en mars 1980. Sur la base de témoignages de deux commerçants romains, irrités par leurs dernières pertes, sont mis au jour une série de matches truqués et de paris illégaux. Une trentaine de joueurs sont accusés d’avoir arrangé des résultats en pariant sur leurs propres performances, dont Paolo Rossi. L’attaquant de Pérouse aurait touché 8 millions de lires avec trois de ses coéquipiers pour arranger le match de leur équipe contre Avellino et le faire aboutir à un match nul (2-2). Dans cette affaire, le Milan AC et la Lazio sont aussi épinglés. Les deux clubs seront relégués la saison suivante en Série B. Paolo Rossi est quant à lui suspendu pour deux ans.

  • 1982: Le retour en grâce pour le "Mundial" 

Tout juste de retour après sa suspension, Paolo Rossi obtient la confiance du sélectionneur Enzo Bearzot, qui le convoque avec la Squadra Azzurra pour la Coupe du monde en Espagne. Pour son deuxième Mondial après celui de 1978 en Argentine, lors duquel il a inscrit trois buts, Rossi est d’abord transparent lors des premiers matches contre le Pérou et le Cameroun. Il a finalement attendu le deuxième tour, contre le Brésil, pour marquer la compétition de son empreinte. Avec un triplé, il élimine la Seleçao. Lors de la demi-finale contre la Pologne, il marque à nouveau, un doublé. C’est aussi lui qui ouvrira le score, en finale, contre l’Allemagne. Les Italiens l’emportent finalement 3-1 et soulèvent leur troisième Coupe du monde. Paolo Rossi, avec ses six buts, remporte le Soulier d’Or de meilleur buteur, et est élu meilleur joueur de la compétition.

  •  

Paolo Rossi, face au Brésil de Junior au Mondial 1982 (ACTION IMAGES / X06515)

  • 1982 : Un succès en Coupe du monde qui l'élève au rang de Ballon d'Or

Ses performances lors du Mondial avec les Azzuri, et notamment son triplé contre les Brésiliens, favoris de la compétition, lui permettent d’être élu Ballon d’Or 1982. Après deux ans d’inactivité en raison de sa suspension, son retour en grâce force le respect. Il remporte haut la main le prestigieux trophée individuel, avec 115 points sur 130 possibles, loin devant son dauphin Alain Giresse, crédité de seulement 64 points par les votants.

  • 1983 - 1984: une saison prolifique en trophées

Repéré adolescent par la Juventus, Paolo Rossi ne parvient pas à s’y imposer lors de ses premières années, marquées par trois blessures au ménisque. Prêté à Côme, puis cédé à Vicence, avant de partir à Pérouse, il revient finalement à Turin à la fin de sa suspension. C’est avec les juventini qu’il retrouve les terrains, et qu’il remporte la Coupe d’Italie en 1983. La saison suivante, aux côtés de Zbigniew Boniek et Michel Platini au sein d’une redoutable attaque, Paolo Rossi remporte le championnat italien, la Supercoupe de l’UEFA, et la Coupe des Coupes.

  • 1985: La victoire en Coupe des Clubs champions

Le 29 mai 1985, Rossi dispute son dernier match avec les bianconeri lors de la finale de la Coupe des Clubs champions contre Liverpool, au stade Heysel de Bruxelles. Une rencontre où se joue un drame : 39 morts et plus de 400 blessés après l’effondrement de grilles et d’un muret, sous la pression et le poids des supporters. Paolo Rossi, titulaire au coup d’envoi, est remplacé à la 89e minute. Sa carrière avec la Vieille Dame prend fin sur une victoire dans la plus prestigieuse des coupes européennes, 1-0, grâce à un but de Michel Platini sur penalty, dans une rencontre qui aura marqué au fer rouge l'histoire du sport. Rossi aura disputé 135 matches sous le maillot de la Juventus, et inscrit 44 buts. Il rejoint ensuite le Milan AC, puis l'Hellas Vérone, avant de prendre sa retraite à 31 ans.

Paolo Rossi aux côtés de Giovanni Trapattoni, l'emblématique entraîneur de la Juventus, après la victoire en Coupe des clubs champions contre Liverpool au Heysel en 1985 (/AP/SIPA / SIPA)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Serie A

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.