Mercato : au Real Madrid, Camavinga change de statut après une saison ratée

A 18 ans seulement, Eduardo Camavinga quitte le Stade rennais. L’international français s’est engagé pour six saisons au Real Madrid.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Eduardo Camavinga lors du match entre la France et l'Ukraine, le 7 octobre 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

Depuis le 8 septembre 2020, toute la France connaît ce nom : Eduardo Camavinga. Ce jour-là, le milieu de terrain du Stade rennais devient le plus jeune international français d’après-guerre à 17 ans et 303 jours - le troisième plus jeune joueur de l'histoire des Bleus derrière Julien Verbrugghe (16 ans et 310 jours) en 1906 et Maurice Gastiger (17 ans et 128 jours) en 1914 -.

Un mois plus tard, lors de sa première titularisation contre la Suède, Camavinga se permet même d’ouvrir le score, devenant ainsi le deuxième plus jeune buteur des Bleus. Le Rennais est alors au sommet. Un sommet dont Eduardo Camavinga a lentement chuté au cours d’une saison compliquée. Ce qui ne l’a pas empêché de signer pour le Real Madrid en cette toute fin de mercato. En ce 31 août 2021, c’est à présent le monde entier qui découvre son nom.

Une progression à l'arrêt

Habitué à brûler les étapes depuis toujours, Eduardo Camavinga a systématiquement été surclassé dès son arrivée au Stade rennais en 2013, à 11 ans. Le voir signer au Real Madrid à 18 ans à peine n’a alors rien d’étonnant, puisque le milieu est du genre à empocher tous les records de précocité sur son chemin. Il arrive ainsi dans le club aux treize Ligue des champions au même âge qu’un autre français en son temps : Raphaël Varane. Sauf que contrairement au champion du monde 2018, Eduardo Camavinga a déjà plus d’une saison en professionnels dans les jambes. Seul (gros) bémol : la dernière a été aussi décevante que la première fut pleine de promesses.

Car depuis son but en Bleus en octobre 2020, Eduardo Camavinga n’est plus que l’ombre de lui-même. Certes, le milieu a découvert la Ligue des champions avec Rennes, mais cela restera l’un des seuls points positifs de son exercice 2020-2021. Visiblement touché par le tourbillon médiatique déclenché par son éclosion précoce, Camavinga a multiplié les prestations quelconques, avant de quitter le onze titulaire pour s’asseoir sur le banc de touche. En Bleu, il a même connu la rétrogradation vers l’équipe de France Espoirs, avec laquelle il n’a toutefois pas disputé les JO, Rennes refusant de le laisser s’envoler pour Tokyo.

Retour au terrain

Ce lent déclin sportif pourrait toutefois prendre fin à Madrid, car les qualités exceptionnelles affichées en 2019-2020, Camavinga ne les a pas perdues. Ce qui l’a miné, c’est sa situation extra-sportive. En fin de contrat à Rennes en juin 2022, le milieu a plus fait parler de lui au rayon transferts que pour ses prestations. Il a aussi changé d’agent en cours de saison, et été approché par des poids lourds européens comme le PSG, Chelsea ou Manchester United. Tout en étant sous la pression du Stade rennais, qui a tout fait pour le prolonger. Si bien qu’il s’est retrouvé cet été dans la même position que Mbappé au PSG : celle d’un joueur très courtisé et en fin de contrat dans un an, donc forcément recherché car moins cher.

En signant un contrat longue durée au Real Madrid jusque 2027, Eduardo Camavinga se débarrasse enfin de toutes ces considérations extra-sportives qui l’ont inhibé sur le terrain ces derniers mois et, disons-le, pollué chacune de ses sorties balle au pied. Certes, en choisissant Madrid, il a opté pour un club où la pression sera énorme au quotidien. Mais comme Varane en 2011, il n’arrive pas en titulaire. Dans l’ombre des légendes Toni Kroos et Luka Modric, le jeune Tricolore aura le temps d'apprendre tranquillement, dorloté par le coach Carlo Ancelotti. Il devra toutefois composer avec un peu plus de pression que Varane à l’époque, puisqu’il arrive avec une étiquette de jouer à près de 40 millions d’euros, quand même. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Real Madrid

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.