Ligue 1 : Jonathan Clauss, le piston qui tape à la porte de l’équipe de France

Le latéral droit lensois a largement contribué à la victoire des Sang et Or face à Troyes avec un but et deux passes décisives vendredi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Jonathan Clauss a inscrit un but et délivré deux passes décisives face à Troyes.  (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

De nouveau brillant face à l’Estac, vendredi 5 novembre, Jonathan Clauss n’en finit plus de crever l'écran en Ligue 1. Le latéral droit est passé en tête du classement des passeurs du championnat grâce à deux nouveaux caviars délivrés face aux Troyens. Dans un rôle de piston sur le côté droit, le Lensois est indispensable. Et désormais, c'est toute une région qui se prend à rêver de voir le Nordiste revêtir une autre tunique. Frappée du coq cette fois.

Avec un but et deux passes décisives pour Arnaud Kalimuendo et Wesley Saïd, Jonathan Clauss a fait du stade Bollaert son jardin face à Troyes. Le piston a fait l’étalage de tout son talent, de sa capacité de projection vers l’avant et de sa précision dans les centres pour faire mal aux Champenois.

Bon tireur de coups de pied arrêtés également, il aurait même pu inscrire un doublé si Gauthier Gallon n’avait pas détourné un magnifique coup franc qui partait en pleine lucarne à la 50e minute. Grâce à ses performances de la soirée, le Lensois a soigné ses statistiques pour devenir le meilleur passeur de Ligue 1 avec 6 passes décisives cette saison. Mieux encore, il est désormais impliqué sur 16 buts en 2021 (5 buts et 11 passes décisives).

Une trajectoire atypique

Avant de débarquer à Lens, Jonathan Clauss, formé à Strasbourg, n’avait découvert le monde professionnel qu’à 24 ans, en Ligue 2, à Quevilly-Rouen. Sacré champion de Bundesliga 2 en 2020 avec l’Arminia Bielefeld, il avait tapé dans l’oeil des recruteurs lensois qui l’ont attiré à l’été 2020.

Depuis, le latéral droit fait l’unanimité dans le Pas-de-Calais, au point que les supporters des Sang et Or ne se cachent plus pour pistonner leur latéral. Lors de la réception de Metz au stade Bollaert fin octobre, des fans lensois ont même lancé sur la pelouse un maillot des Bleus, floqué au nom de Clauss, ce qui a fait rire l’intéressé. 

Dans l’émission "Le Vestiaire" diffusée sur RMC en octobre dernier, le joueur de 28 ans, jamais passé par les sélections jeunes, a évoqué ses ambitions : "On parle de moi pour l’équipe de France, je suis très content. Honnêtement, je ne pourrais pas dire si j’ai le niveau ou pas. Mais je me sens optimiste dans le fait que je me rapproche de ce que ceux qui sont devant moi font, donc je m’autorise d’y croire."

La porte est toujours "Clauss" en Bleu

Mais alors que les performances de Benjamin Pavard et de Léo Dubois sont parfois décriées avec les Bleus, le Lensois trouve toujours porte close en équipe de France. D’après Franck Haise, son entraîneur, le latéral n’a même pas été approché par le staff de Didier Deschamps : "Je crois qu'il n'a pas eu de pré-convocation. A partir de là, je ne pense pas qu'il puisse y avoir de convocation", a-t-il déclaré avant l’annonce de la liste du sélectionneur national. 

Que manque-t-il alors à Jonathan Clauss pour être appelé avec les Bleus ? La non-participation à une coupe d’Europe ? Interrogé sur le sujet, Didier Deschamps a affirmé que ce n’était pas rédhibitoire : "Ce n’est pas un critère de sélection, mais plus les joueurs sont confrontés au très haut niveau avec leur club, mieux c’est. Ils seront plus prêts pour les exigences de l’Equipe de France". Si le latéral lensois continue sur sa lancée, il pourrait enfin attirer l’attention du sélectionneur, alors que Didier Deschamps tente d’installer un schéma tactique à trois défenseurs et avec des pistons, qui conviendrait parfaitement au Sang et Or.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers RC Lens

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.