Sept choses que vous ne savez peut-être pas sur Kylian Mbappé

Il va vite, il marque beaucoup de buts, ça vous saviez. Mais si on vous parle de grenouille, de canette d'Oasis ou de tonsure ? 

L\'attaquant Kylian Mbappé, passé de Monaco au PSG pour un montant de 180 millions d\'euros, ici le 17 mai 2017 lors d\'un match Monaco-Saint-Etienne. 
L'attaquant Kylian Mbappé, passé de Monaco au PSG pour un montant de 180 millions d'euros, ici le 17 mai 2017 lors d'un match Monaco-Saint-Etienne.  (CLAUDE PARIS/AP/SIPA / AP)
avatar
Pierre GodonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Je suis le joueur que l'Europe entière s'arrache, j'ai marqué 15 buts en 29 matchs de L1 pour ma première saison, plus quelques performances mémorables à Dortmund ou à Manchester en coupe d'Europe, à 18 ans je compte déjà quatre sélections en équipe de France et je débarque lundi 28 août au PSG pour 180 millions d'euros via un montage financier qui permet d'éviter au club de se faire taper sur les doigts pour avoir trop dépensé sur une saison... Je suis, je suis... Kylian Mbappé bien sûr."

Ça, vous savez. Place à ce que vous ignorez peut-être sur la nouvelle pépite du PSG.

Il est né APRÈS la victoire des Bleus au Mondial

Kylian Mbappé a vu le jour le 20 décembre 1998. Lors de la victoire historique de la France contre le Brésil, le 12 juillet de cette année-là, il était dans le ventre de sa mère. Qui a sans doute vibré devant le match, vu le pedigree familial : maman, ancienne handballeuse de haut niveau, papa, joueur de foot de niveau régional, avec un oncle et un frère adoptif qui baignent dans le ballon rond. 

Quelques années après le doublé victorieux de l'ancien numéro 10 des Bleus, le petit Kylian rendra hommage à Zidane... chez le coiffeur, quand il demande une "coupe à la Zidane", raconte l'attaquant à Téléfoot. Coupe bien involontaire de Zizou qui subit une calvitie précoce plus qu'il n'invente des tonsures audacieuses. Sa mère s'interposera in extremis pour une coupe plus sage.

Il a failli être formé à Lens ou à Caen

La carrière de Kylian Mbappé a failli plusieurs fois emprunter des chemins de traverse. Alors pensionnaire de l'INF Clairefontaine, Mbappé tape dans l'œil de nombreux clubs. Caen et Lens sont en pole position pour offrir un premier club épanouissant au jeune prodige. "Au dernier moment, Kylian a choisi Caen car le Racing venait de descendre en L2", raconte l'ex-recruteur de Lens Reda Hammache dans L'Equipe. C'est peut-être pour cela que Daniel Lauclair le confondra avec un joueur de Lens dans une interview devenue culte avant la finale de la coupe Gambardella 2016.

Caen joue le grand jeu, l'entraîneur Franck Dumas lui promet une place dans le groupe pro dès ses 16 ans. Les parents Mbappé se montrent pointilleux sur les questions scolaires et les perspectives de carrière. Affaire conclue... jusqu'à ce que la FFF s'en mêle. "Les parents veulent alors que Kylian signe tout de suite à Caen, décrit Laurent Glaize, en charge du recrutement du club normand, à Ouest-France. Mais les règlements d’alors ne nous autorisent pas à faire signer une licence à un joueur de cet âge habitant à plus de 50 km." 

Mbappé se rabat alors sur Monaco, où il paraphe un joli contrat avec Nike en plus de son contrat d'aspirant. Les grands clubs européens (il a visité les installations de Chelsea alors qu'il débutait à peine son adolescence) gardent un œil sur le prodige. Comme ce recruteur d'une grosse écurie européenne, qui raconte au JDD, qu'il est rare qu'un joueur qui affole les compteurs à 12 ans n'ait pas explosé en vol : "[D'habitude] un joueur qu'on nous signale si tôt n'existe plus cinq ans plus tard. Lui, sa progression a été continue."

Zidane l'a courtisé alors qu'il n'avait que 14 ans

Son père, Wilfried, longtemps éducateur au club de Bondy (Seine-Saint-Denis), où le prodige a grandi, raconte au Parisien : "Un jour, j’ai décroché mon téléphone et c’était le responsable du recrutement [du Real] qui invitait Kylian en stage pour une semaine". A l'arrivée au siège de la "Maison Blanche" l'attend un certain Zinédine Zidane. On peut difficilement faire mieux comme comité d'accueil. Même si Kylian Mbappé a grandi devant les exploits de Cristiano Ronaldo, avec qui il posera pour un selfie. "On n’est pas allés à Madrid pour en savoir plus sur le potentiel de notre fils mais pour lui faire plaisir. Il est fan du Real depuis tout petit", renchérit sa mère.

Mbappé a failli quitter les frontières de l'Hexagone à deux autres reprises. Alors qu'il a intégré le groupe pro de Monaco depuis quelques semaines, Manchester City met 40 millions d'euros sur la table pour se l'offrir. Refus de la direction monégasque. Un an plus tard, à l'hiver 2016-17, et malgré un temps de jeu en hausse, il est proche d'accepter un prêt à Leverkusen, rapporte Le Parisien. Bien lui en a pris de s'entêter : il allait exploser à la face du monde lors du premier semestre 2017.

Le PSG l'avait raté deux fois

Le club de la capitale est passé maître dans l'art de rater les joueurs de banlieue parisienne. Thierry Henry, natif des Ulis dans les Yvelines, en demeure le meilleur exemple, suivi depuis par Ngolo Kanté ou Paul Pogba. Le réseau du PSG a pourtant détecté Mbappé, dès ses 9 ans, mais le joueur qui se sentait bien à Bondy n'avait pas donné suite. Deuxième tentative quelques années plus tard, en 2013, au tout début de l'ère qatarie. "Le projet de Monaco me correspondait davantage, confiait Mbappé au Parisien avec du recul. Avant d'ajouter, prophétique : "La politique du PSG a changé maintenant. Les jeunes ont plus de chances de jouer au plus haut niveau." La club de la capitale va en effet intégrer un formidable attaquant de 18 ans à un 11 plutôt expérimenté.

Reste à savoir comment ce garçon équilibré et bien entouré va gérer les inévitables amis d'enfance qui vont se manifester, maintenant qu'il est revenu au bercail. Une perspective qui avait effrayé Paul Pogba quand il avait été courtisé par le club de la capitale. 

Il se montre très généreux avec son club formateur

Certains joueurs coupent les ponts avec leur club formateur et ne repassent plus distribuer des miettes de gloire aux minots qui ont pris leur suite. Pas Kylian Mbappé, qui avait même embarqué l'Hexagoal (le trophée de vainqueur de la L1 à l'esthétique discutable) à Bondy pour le présenter au club.

Là-bas, beaucoup de jeunes joueurs arborent des maillots de Monaco floqués Mbappé, bien souvent offerts par le joueur et distribués par les dirigeants aux plus méritants. "On a aussi fait une cantine quasiment gratuite, tout ça par le biais de Kylian", confiait Mbappé père à L'Equipe en janvier.

Il a autant d'heures au plus haut niveau qu'il en faut parfois pour passer le permis de conduire

Kylian Mbappé est jeune, très jeune. Dix-huit ans, et ne compte qu'une quarantaine d'heures de football de très haut niveau : 25 heures de Ligue 1, 10 de Ligue des champions, 4 de Coupe de la Ligue et 6 de Coupe de France.

Des années de sacrifices et d'efforts, certes, aujourd'hui valorisées par un salaire estimé autour du million d'euros par mois.

Il collectionne les surnoms peu flatteurs

Avec son mètre 78 et ses 73 kilos, Mbappé n'impressionne pas (encore) physiquement comme un Ronaldo et ses 1 000 abdos par jour ou la carrure d'aigle royal de Zlatan Ibrahimovic. Ce qui lui a valu des surnoms peu flatteurs dans sa carrière : "Mbébé" à l'INF Clairefontaine, pour souligner son côté juvénile (à l'époque où les joueurs faisaient des concours de précision pour gagner une canette d'Oasis, raconte Le Monde). Arrivé à Monaco, le jeune qui a brûlé les étapes pour arriver dans le groupe pro à 17 ans, a gagné le sobriquet de "Razmoket", un dessin animé... qui passait dans les années 1990, avant la naissance de Mbappé. N'empêche. 

Mbappé a aussi hérité du surnom "La Grenouille" sur les réseaux sociaux. 

Pas sûr que sa situation s'améliore à Paris. Car si Cavani y est surnommé "El Matador", d'autres talentueux joueurs parisiens traînent des sobriquets pas toujours flatteurs, comme "Petit hibou" pour Verrati ou "El Flaco" ("Le maigre") pour Pastore.