PSG : deux anciens policiers et un "lobbyiste" en garde à vue à la DGSI

Trois hommes, dont deux anciens policiers, sont en garde à vue dans les locaux de la DGSI depuis lundi 26 septembre. Ils sont soupçonnés d'avoir livré des informations confidentielles notamment au PSG.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le logo du PSG devant le Parc des princes, en 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

Trois hommes, dont deux anciens policiers, ont été placés en garde à vue
lundi matin dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a appris franceinfo ce mercredi 28 septembre de sources concordantes, confirmant des informations du Parisien et du Journal du dimanche. Ils sont soupçonnés d’avoir profité de leurs réseaux pour livrer des informations confidentielles à diverses institutions, dont le Paris-Saint-Germain. En argot, on appelle ça "la tricoche" : un policier qui travaille en sous-main pour un particulier.

Les enquêteurs soupçonnent l’ancien policier de la DGSI et un autre policier, en disponibilité, de demander à d’anciens collègues de consulter des fichiers de police au profit du PSG, afin de se renseigner sur certains salariés, et même de faire jouer leurs réseaux pour obtenir des informations sur des procédures judiciaires, comme celle visant l’attaquant Neymar pour une gifle à un supporter rennais en finale de la Coupe de France de 2019.

Selon une source proche du dossier, tout est parti d’un livre, Les Guerres de l’ombre de la DGSI. Dans cet ouvrage de 2019, l’auteur livre des informations considérées par les autorités comme "sensibles". La justice ouvre une enquête pour "compromission du secret de la défense nationale". C’est au détour de ce dossier qu’apparaît un ancien fonctionnaire de la DGSI, qui a rejoint les rangs du club de football parisien, où il se présente comme "responsable des relations supporters".

Une enquête ouverte en 2021

Le 27 juillet 2021, le parquet de Paris ouvre une enquête pour "violation du secret professionnel, trafic d’influence, corruption, faux et usage de faux, aide à l’entrée et au séjour irrégulier en bande organisée, détournement de finalité d’un fichier de données, compromission du secret de la défense nationale et prise illégale d’intérêts".

Les investigations sont confiées à l’Inspection générale de la sécurité intérieure (IGSI, le service d’inspection de la DGSI) et à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Selon une source proche du dossier, les enquêteurs ont perquisitionné le club du Paris-Saint-Germain en octobre 2021.

Un "lobbyiste" proche de la famille Kadhafi

Les policiers en exercice qui ont pu consulter des fichiers ne sont pas en garde à vue à ce stade. Ceux qui sont entendus sont d'anciens policiers. Selon les informations de franceinfo, le troisième homme placé en garde à vue lundi matin est un "lobbyiste", décrit dans un article du magazine Jeune Afrique comme proche du fils de Mouammar Kadhafi et ayant ses habitudes en tribune, invité du Parc des Princes.

"L’enquête en est encore à ses débuts", confie un proche du dossier. Les gardes à vue des trois suspects, entendus par l'IGSI et l'IGPN, peuvent durer jusqu’à 96 heures. Magistrats et enquêteurs tentent de dresser les contours de ce réseau et les retombées financières éventuelles pour les suspects. Ils cherchent aussi à savoir ce que savaient les responsables du PSG au sujet de ces consultations de fichiers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers PSG

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.