Christophe Revault, ancien gardien du PSG, du Havre, de Rennes et Toulouse, est mort à 49 ans

Les circonstances du décès de l'ancien gardien de but, retrouvé chez lui jeudi, ne sont pour l'instant pas connues.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Christophe Revault lors d'un match entre le Havre et Auxerre en Ligue 2 le 6 mai 2014. (JEAN PAUL THOMAS / THOMAS PICTURES)

Le football français est en deuil. L'ancien gardien de but Christophe Revault a été retrouvé sans vie chez lui jeudi 6 mai, d'après les informations du Courrier Cauchois. Ses anciens clubs du Havre et de Toulouse ont confirmé la nouvelle et le président toulousain, Olivier Sadran, a annoncé à France Bleu Occitanie qu'un hommage serait rendu à Christophe Revault, samedi 8 mai, avant le match du TFC contre Caen. Père de deux enfants, il avait 49 ans. 

Né à Paris, il avait commencé le football à Alfortville avant d'être repéré par le Havre, où il a été formé. En cinq ans en Normandie, Christophe Revault y a disputé 134 rencontres entre 1992 et 1997, avant d'y finir sa carrière de 2007 à 2010, après avoir ramené le club en Ligue 1. Entre temps, il avait défendu les cages du PSG (1997-1998), de Rennes (1990-2000, 2006-2007), et de Toulouse (2000-2006). En 18 ans de carrière, il a disputé 530 matchs professionnels.

Retraité depuis 2010, Christophe Revault était resté fidèle à son club formateur, occupant divers postes au Havre : dirigeant, entraîneur intérimaire, directeur sportif ou recruteur. Depuis l'annonce de sa mort, les hommages se sont multipliés. Ses anciens clubs, d'anciens coéquipiers ou adversaires, l'émotion est forte.

A Toulouse, l'ancien président du club, Olivier Sadran, ne cachait pas son émotion : "S'il y a bien un mec que le Tèf doit saluer, c'est lui, vraiment", a-t-il dit dans un communiqué publié sur le site du club. "Quand tout le monde est parti en courant en 2001, il se sentait responsable de la descente aux enfers, et il est resté. C'est lui qui a entrainé Stéphane Lièvre, William Prunier et les autres. Il a porté ces gamins avec responsabilité, humilité, c'était quelqu'un de tortueux mais qui se sentait toujours responsable de tout le monde."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.