Cet article date de plus de huit ans.

Barça-PSG : dix raisons de ne pas détester le club parisien

Plus que quelques heures avant le quart de finale retour de la Ligue des champions. Si vous penchez pour les Catalans, on peut essayer de vous faire changer d'avis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Ezequiel Lavezzi et Maxwell, joueurs du PSG, font ami-ami avec la mascotte du Stade Rennais, lors du match entre les deux équipes, le 6 avril 2013.  (JOHN BERRY / GETTY IMAGES)

"Entre PSG et Barcelone, qui voulez-vous voir en demi-finale ?" a-t-on demandé à José Mourinho, l'entraîneur du Real Madrid. Le Portugais a répondu : "J'ai des amis à Paris, je n'ai pas d'ami à Barcelone." Comme c'est un peu court, voici dix bonnes raisons de ne pas détester le PSG. Vous allez voir, c'est possible.

1Parce que ce qui fait mal au PSG, c'est l'indifférence

Vous faites partie des 26% de Français qui haïssent viscéralement le PSG, selon un sondage de L'Equipe ? A vrai dire, le club s'en moque un peu. "Le PSG n'a pas toujours été détesté, rappelle Michel Kollar, historien du Paris Saint-Germain, contacté par francetv info. Au début de son histoire, le club laissait indifférent. Les supporters adverses remplissaient le Parc des Princes. On n'entendait qu'eux. Lors de la venue de Rennes, par exemple, toute la colonie bretonne de Paris allait au match." Aujourd'hui encore, le PSG s'enorgueillit du statut de club clivant. Les Qataris aiment qu'on parle d'eux, en bien ou en mal, et ont une véritable "obsession de la reconnaissance"expliquait le spécialiste du Qatar Nabil Ennasri. "Le match PSG-Barcelone a proportionnellement fait beaucoup plus de bruit que lorsque Lyon (en 2010) ou Monaco (en 2004) ont éliminé le Real Madrid", conclut Michel Kollar.

2Parce que Blaise Matuidi joue au PSG

Le milieu de terrain du PSG ne sera pas présent sur le terrain du Camp Nou, ce soir. Il est en effet suspendu après avoir écopé de deux cartons jaunes. Matuidi est pourtant, à lui seul, un motif suffisant pour devenir fan du PSG. Il réalise la meilleure saison de sa carrière. S'impose comme le meilleur joueur du club, une prouesse quand on voit la qualité de l'effectif. A explosé en équipe de France. Sur Facebook, des internautes ont créé un concept à sa gloire : le matuidisme. "Matuidisme (Nom masculin, singulier) - importé du Paris Saint Germain - Etat d'esprit consistant à repousser constamment les limites physiques du corps humain." Montages photo à l'appui.

 

Montage photo du film "Attrape-moi si tu peux" avec Blaise Matuidi, le joueur du PSG, et Lionel Messi, la star du Barça. (FACEBOOK.COM/LEMATUIDISME)
Blaise Matuidi en "Gladiator". (FACEBOOK.COM/LEMATUIDISME)

3Parce que des joueurs roulent en Smart ou en Fiat 500

L'Equipe Mag a mené sa petite enquête, et contrairement à ce qu'on pourrait croire, le parking du club ne ressemble pas à celui d'une concession Ferrari. Moussa Sissoko et Zoumana Camara se rendent à l'entraînement en Smart, le gardien Salvatore Sirigu en Mini. Pas mal de berlines allemandes, mais peu de modèles tape-à-l'œil. Un signe de maturité ?

4Parce que Ronan Le Crom joue au PSG

Oubliez les gazodollars, les millions déversés pour des joueurs comme Ibrahimovic, Lucas Moura ou Javier Pastore. Le garant de l'âme du PSG, c'est le troisième gardien, Ronan Le Crom. Dans So Foot, le portier rendu célèbre par son catogan, plus petit salaire de l'équipe, explique même qu'il "joue parfois au Loto". Il doit être le seul de l'effectif.

 

Le troisième gardien du PSG, Ronan Le Crom, à l'entraînement, le 12 septembre 2012, au Camp des Loges, à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).  (MARTIN BUREAU / AFP)

5Parce que personne ne joue les divas dans les vestiaires 

C'est Ronan Le Crom qui le dit dans So Foot : "C'est peut-être le meilleur vestiaire que j'ai connu dans ma carrière. Tout est facile parce que les mecs sont hyper-pros. Parfois, dans les clubs plus petits, tu as la star locale qui a des comportements inappropriés. Ici, chacun assume son statut." 

6Parce que vous n'avez pas le choix (si vous aimez les clubs français)

Au milieu des années 1990, le PSG époque Denisot multiplie les exploits en Coupe d'Europe, et s'invite cinq fois de suite dans le dernier carré de la Coupe d'Europe. La France entière se rassemble le mercredi soir devant son petit écran pour suivre la bande à Bernard Lama. Enfin, en apparence. "La France ne s'est pas retrouvée derrière le PSG, nuance Michel Kollar. Après la chute de l'OM en 1993, les gens ont suivi un club qui avait des ambitions en Coupe d'Europe. Un peu comme les indécis lors des élections. Une fois que les résultats n'ont plus suivi, ils sont partis." Aujourd'hui, quelle équipe française a l'effectif pour atteindre chaque année les quarts de finale de la Coupe d'Europe, en dehors du PSG ? Aucune.

7Parce que Leonardo n'est pas si méchant

Le directeur sportif brésilien a prononcé quelques phrases maladroites depuis son arrivée à la tête du club. Notamment celle qui a suivi la défaite à Reims, le 3 mars : "Nous avons une équipe davantage faite pour l'Europe que pour le championnat." Du mépris ? Un bon connaisseur du PSG le dépeint en "Machiavel du ballon rond" dans le livre Le PSG, le Qatar et l'argent (Editions du moment). "Ses prétendues erreurs de communication sont des prétextes pour offrir une fausse image de fragilité." Nous voilà rassurés, il n'était pas vraiment méprisant. Faut-il avoir peur d'un homme qui demande son épouse en mariage à la télévision, comme Raymond Domenech avant lui ?

8Parce que vos enfants vont tourner parisiens

C'est inéluctable : les périodes de domination des grands clubs ont un impact sur les fans de foot en herbe, au moment où l'identité footballistique se construit. Après les jeunes fans de l'OL, impressionnés par la période de domination sans partage du club rhodanien, place au PSG babies, qui ne jureront que par Ibrahimovic ou Lavezzi. Selon un sondage publié par L'Equipe, le PSG a la meilleure image auprès des 15-17 ans.

Des maillots du PSG pour les enfants floqués au nom de Beckham, dans la boutique du club, sur les Champs-Elysées (Paris), le 1er février 2013.  (PATRICK KOVARIK / AFP)

9Parce que le Parc des Princes, c'est pas si nul

20 Minutes.fr a mené sa petite enquête, et finalement, le Camp Nou n'a pas grand chose de commun avec un chaudron. Dans les tribunes, on trouve 40% de touristes, 40% de supporters qui écoutent le match à la radio (une tradition locale) et 20% de passionnés. Petite nuance pour Barça-PSG : "Le public de Ligue des champions est différent. Là, les gens sont capables de transmettre quelque chose à l’équipe", explique Marc, un socio du club, à 20 Minutes.fr.

10Parce que l'homme qui a marqué un triplé au Camp Nou y croit

"Trente ans après, où que j'aille, les gens ne me parlent que de ça, se souvient Tony Kurbos, attaquant moustachu (à l'époque) du FC Metz, qui a éliminé le FC Barcelone en Coupe d'Europe en 1984, contacté par francetv info. Rendez-vous compte : au match aller, qu'on perd 4-2 à Saint-Symphorien, je marque un but et je provoque un penalty. Au match retour [remporté 4 à 1 par Metz], je marque les trois buts, et le quatrième, c'est un centre que j'envoie très fort au second poteau, et qu'un défenseur reprend contre son camp. Il y a des jours comme ça où rien ne vous résiste."

"La qualification du PSG ? Si Messi ne joue pas, c'est tout à fait possible. Nous, on y est allés avec la rage au ventre, avec l'envie de montrer qu'on n'était pas une équipe de quartier. La clé, c'est la défense. S'ils font les efforts défensifs, même Ibrahimovic, il y a quelque chose à faire."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers PSG

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.