Super Ligue : "Ce n'est pas du sport si le succès est garanti", Pep Guardiola et Jürgen Klopp opposés au principe malgré l'implication de leur club

Alors que leurs clubs font partie des 12 fondateurs de la Super Ligue européenne, Pep Guardiola et Jürgen Klopp se sont opposés au projet de Super Ligue.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pep Guardiola sur le banc de Manchester City (IAN WALTON / POOL)

Présent en conférence de presse ce mardi 20 avril avant la rencontre face à Aston Villa, Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City, a attaqué le projet de la Super Ligue européenne, alors que son club en fait partie. L'entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp a aussi critiqué ce nouveau format.

Depuis que l'annonce de la mise en place de la Super Ligue européenne a été faite, de nombreux acteurs du football ont pris la parole pour dénoncer cette compétition. Avant de jouer contre Aston Villa le mercredi 21 avril (21h15), pour le compte de la 32e journée de Premier League, Pep Guardiola a dénoncé l'impact néfaste de cette nouvelle compétition. 

"Ce n'est pas du sport, si le succès est garanti ou si perdre n'a aucune importance. Ce n'est pas du sport s'il n'y a pas de relation entre l'effort et la récompense", a expliqué l'ancien entraîneur du FC Barcelone en conférence de presse. 

"J'aime l'aspect compétitif dans le football"

Et Pep Guardiola n'est pas le seul à avoir critiqué ce projet. Alors qu'il fait partie d'un des membres de la Super Ligue européenne, Jürgen Klopp a aussi donné son avis sur la Super Ligue européenne : "J'aime l'aspect compétitif dans le football, j'aime l'idée que West Ham puisse jouer la Ligue des champions l'an prochain. Je n'ai pas envie qu'ils y soient, pour être honnête, parce que nous on veut y être, mais j'aime qu'ils aient une chance", a analysé l'Allemand pour Sky Sports, avant d'affronter Leeds (1-1).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Premier League

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.