Cet article date de plus de deux ans.

Premier League : Arsenal et Tottenham se neutralisent (1-1)

Arsenal et Tottenham, historiques rivaux du Derby de Londres, se sont quittés sur un match nul (1-1) lors de la 29e journée de Premier League. Mais le déroulement du match laissera des regrets aux hommes d'Unai Emery, qui ont à plusieurs reprises tenu leur destin en main. Au classement, Tottenham reste 3e, 4 points devant son adversaire du jour.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (IAN KINGTON / AFP)

Le derby de Londres n’a pas manqué d’intensité. Des buts refusés, des pénaltys manqués, des pénaltys marqués aussi… Et Tottenham peut s’estimer heureux. Les hommes de Pochettino ont profité d’un manque de réalisme des Gunners, symbolisé par le raté d’Aubameyang sur un penalty à la 90e minute. 



 

Lacazette en pointe, Aubameyang sur le banc : Emery a manqué son pari


Tout est venu d’une erreur. Quand Davinson Sanchez s’est totalement raté en passant à côté d’un centre venant du milieu du terrain, Tottenham se tirait une balle dans le pied. Car malgré une 1re période de bonne qualité, et surtout une domination globale, c’est Arsenal qui menait à la pause grace à ce but d’Aaron Ramsey à la 16e minute. Malgré les énormes occasions de Harry Kane (23e, 43e) ou de Sissoko (43e), Tottenham n’a jamais réussi à faire trembler les filets avant la pause. De son côté, Alexandre Lacazette a vécu un Derby morose. Le Français ne cachait pas sa moue au moment de laisser sa place à Pierre-Emerick Aubameyang à la 56e : aucune véritable occasion à se mettre sous la dent, quoi de plus frustrant pour un attaquant ? Le Gabonais ne s’est pas non plus bien illustré. Il a certes dynamité l’organisation défensive des Spurs sur la fin du match, mais a raté le pénalty de la victoire face à Hugo Lloris. Au contraire de Harry Kane, une nouvelle fois héroïque. 

Harry Kane encore décisif 


Virevoltant devant, mais un peu esseulé, Harry Kane a fait le forcing pour Tottenham. D’abord à la 56e quand il a trouvé un décalage exceptionnel pour Trippier – mais gâché par ce dernier. Et puis quand il a provoqué l’erreur de Mustafi, qui l’a poussé dans la surface de réparation à la 73e : pénalty, transformé par le même Kane, son 16e but de la saison. L’égalisation tombait à pic pour les hommes de Pochettino, qui concédaient de plus en plus d’occasions pendant cette seconde période. 

Arsenal avait l'occasion de se replacer dans la course au podium. Mais les hommes de Unai Emery quittent Wembley sans plus de certitudes qu'il n'y sont arrivés. Surtout, ils accusent toujours quatre points de retard sur Tottenham. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Premier League

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.