"Nous n'avons pas à créer de différences" : les joueurs de Liverpool et de Chelsea ravis d'être arbitrés par Stéphanie Frappart en Supercoupe d'Europe

Liverpool affronte Chelsea mercredi soir à Istanbul en Supercoupe d'Europe. Un match historique que dirigera la Française Stéphanie Frappart.

Stéphanie Frappart, le 13 août 2019 à Istanbul (Turquie).
Stéphanie Frappart, le 13 août 2019 à Istanbul (Turquie). (UEFA VIA GETTY IMAGES / ALEX CAPARROS HANDOUT / MAXPPP)

"Madame l'arbitre", c'est comme ça que sera appelée Stéphanie Frappart sur le terrain du stade du Besiktas, à Istanbul... Mais à l'anglaise. La Supercoupe d'Europe se joue entre Liverpool et Chelsea, mercredi 14 août. Un match au sommet qui oppose traditionnellement à cette période de l'année le vainqueur de la Ligue des Champions au vainqueur de la Ligue Europa. Celle qui donnera le premier coup de sifflet, c'est Stéphanie Frappart.

Après avoir été la première femme à arbitrer en Ligue 1 et la première Française à arbitrer une finale de la Coupe du monde féminine, Stéphanie Frappart entre de nouveau dans l'histoire en devenant aujourd'hui à 35 ans la première femme à diriger un match masculin majeur en Coupe d'Europe.

"Ça n'a pas d'importance"

Une nouvelle applaudie par les joueurs : dans les rangs des deux clubs, on se fiche de savoir si l'arbitre est un homme ou une femme. "Parler du genre de l'arbitre n'est pas pertinent", affirme sur franceinfo Virgil van Dijk, défenseur au Liverpool FC. "Si la qualité est là, et elle est là puisqu'elle a été choisie pour arbitrer ce match, alors ça n'a pas d'importance", continue-t-il.

Elle a déjà arbitré beaucoup de bons matchs, elle a certainement pris les bonnes décisions. Alors, le fait qu'elle soit une femme n'a pas d'importanceVirgil van Dijkà franceinfo

Pour cette Supercoupe d'Europe, Stéphanie Frappart ne sera pas seule sur le terrain. Elle sera assistée de deux autres femmes : Manuela Nicolosi, elle aussi française, et l'Irlandaise Michelle O'Neill. Le quatrième arbitre officiel sera le Turc Cuneyt Cakir et à l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR), le Français Clément Turpin.

Pour Cesar Azpilicueta, défenseur de Chelsea, voir une femme arbitrer des hommes doit devenir naturel. "C’est très important, mais il faut le voir comme une chose naturelle", réagit le joueur sur franceinfo. "Je pense que nous devons voir le monde comme un tout, nous n’avons pas à créer de différences", ajoute-t-il.

Je suis heureux de voir le monde aller de l’avant et s’améliorer.Cesar Azpilicuetaà franceinfo

Stéphanie Frappart n'est cependant pas la première femme à arbitrer un match de compétition masculine de l'UEFA : la Suissesse Nicole Petignat était en effet au sifflet pour trois matches de qualification de Coupe de l'UEFA entre 2004 et 2009. Une finale 100% anglaise dirigée par une Française.