Cet article date de plus de cinq ans.

Mise en examen de Benzema : un vrai casse-tête pour les Bleus

Karim Benzema a été mis en examen jeudi dans l'affaire du chantage à la "sextape" de Mathieu Valbuena. Ironie de l'histoire, Didier Deschamps dévoilait parallèlement sa liste des 23 joueurs pour les matches amicaux à venir contre l'Angleterre et l'Allemagne. Le sélectionneur n'a retenu ni Benzema ni Valbuena. A sept mois de l'Euro, l'équipe de France se serait bien passée de cette affaire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'annonce de la mise en examen de Karim Benzema est un de ces événements comme notre culture populaire aime les mettre en scène. © MaxPPP)

Cette affaire est bien évidemment embarrassante, mais pour le moment, pas question de lâcher Karim Benzema, mis en examen jeudi notamment pour "complicité de tentative de chantage".  Il est toujours soutenu par la Fédération française de football, et pour cause, il est "présumé innocent" , précise-t-on.

Benzema reste un joueur important qui n'a, avec les Bleus, jamais posé de problèmes de discipline. Personne n'a réellement envie de se passer de lui, mais pas question non plus de donner l'impression de voler à son secours au détriment de Mathieu Valbuena, insiste la fédération : "Dans cette affaire, la victime, c'est quand même Valbuena."

A LIRE AUSSI ►►► Didier Deschamps "laisse souffler" Valbuena, "pas dans les meilleures dispositions"

Une situation pas forcément définitive

D'où le casse-tête pour Didier Deschamps. Aujourd'hui, il est strictement impossible de sélectionner les deux en même temps, conséquence du contrôle judiciaire dont Benzema fait l'objet et qui lui interdit de rencontrer Mathieu Valbuena, encore moins a Clairefontaine où l'échange entre les deux joueurs à visiblement eu lieu.

A LIRE AUSSI ►►► Benzema a conseillé à Valbuena de "ne pas se laisser impressionner", selon son avocat

Cette situation n'est toutefois pas forcément définitive. Selon un avocat spécialisé dans le droit du sport, la juge d'instruction a toujours la possibilité d'ordonner, dans les mois qui viennent, une confrontation entre les deux joueurs, afin de consigner les versions de l'un et de l'autre. L'interdiction de se rencontrer ne serait alors plus nécessaire, ce qui permettrait juridiquement à  Didier Deschamps de les sélectionner tous les deux. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.