Lille se cramponne au podium, Marseille fragile 4e

En bas de tableau, seul Dijon fait une bonne affaire en s'imposant 3-0 contre Nice.

Décisif lors de ses derniers matchs, le Brésilien de l\'OM Brandao n\'a pas su trouver la faille samedi 18 février.
Décisif lors de ses derniers matchs, le Brésilien de l'OM Brandao n'a pas su trouver la faille samedi 18 février. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Lille, auteur d'un début d'année raté, s'est relancé en s'imposant à Lorient (1-0) et a ainsi conforté sa 3e place, trois points devant Marseille (4e), neutralisé par Valenciennes (1-1), samedi lors de la 24e journée de Ligue 1, à la veille du choc PSG-Montpellier. L'affiche entre le leader parisien et son dauphin héraultais constitue le principal événement de cette journée, dimanche soir (21 heures), à la suite de deux matches concernant la première partie du classement, Saint-Etienne-Rennes et Bordeaux-Lyon. 

L'OM domine mais ne tue pas le match

Intraitable depuis fin novembre et sa victoire contre le PSG, Marseille connaît désormais un léger coup d'arrêt avec un second nul consécutif après celui concédé face à Lyon (2-2). L'OM a eu le contrôle général du match, Jordan Ayew a trouvé la barre et Brandao le poteau, mais Gil (51e) a répondu à Diarra (16e), et Marseille ne prend qu'à la différence de buts une 4e place que Lyon et Rennes guigneront dimanche.

Cependant, les hommes de Didier Deschamps disposent d'une réserve éventuelle de trois points avec un match en retard, le 6 mars à Evian. Quoi qu'il en soit, l'OM ne fait pas vraiment le plein de confiance avant son 8e de finale aller de Ligue des champions, mercredi face à l'Inter Milan...

Le LOSC reprend le rythme

Le Lillois Nolan Roux (au centre) face au Lorientais Innocent Emeghara (à gauche), le 18 février 2012 à Lorient.
Le Lillois Nolan Roux (au centre) face au Lorientais Innocent Emeghara (à gauche), le 18 février 2012 à Lorient. (FRANK PERRY / AFP)

Lille restait sur deux revers consécutifs (une élimination 2-1 en Coupe de France par VA et surtout une claque 5-4 à domicile face à Bordeaux), et comptait sur son voyage à Lorient pour repartir de l'avant. C'est réussi, fût-ce dans la douleur. Car ce fut un match crispant et enjoué, où les gardiens Lecomte et Landreau ont longtemps paru en état de grâce. Jusqu'à ce que Debuchy débloque le score à l'entrée du dernier quart d'heure.

"Les cadres ont tiré l'équipe par le haut ce soir, s'est félicité l'entraîneur nordiste, Rudi Garcia. Je n'avais aucun doute sur la capacité de réaction de mon équipe. Quand un Dogue est blessé, il est dangereux, et c'est comme ça qu'on doit être, dès mercredi contre Sochaux", en match en retard. De son côté, Lorient n'a toujours pas gagné depuis le 27 novembre et pourrait bientôt être éjecté du Top 10...

Toujours dans cette première moitié de classement, Toulouse s'est également repris après deux défaites consécutives en l'emportant largement à Nancy (3-0), sur des buts de Sirieix, Régattin et Rivière. Le Téfécé monte provisoirement d'un rang (7e).

En bas de tableau, Dijon brille

Le Dijonnais Gael Kakuta (centre), le 18 février face à Nice.
Le Dijonnais Gael Kakuta (centre), le 18 février face à Nice. (JEFF PACHOUD / AFP)

Les quatre autres matches concernaient tous la lutte pour le maintien. Et à ce jeu-là, seul Dijon a marqué des points. Trois points, un pécule non négligeable tant la deuxième partie du classement est serrée. L'arrivée du meneur de jeu Kakuta fait décidément du bien en Bourgogne. L'international Espoirs a ouvert le score d'une frappe audacieuse contre Nice (3-0) et offert le décalage pour le 9e but de Jovial. K. Koné a fini le travail en fin de partie. Et Dijon grimpe de trois places (13e).

L'autre vainqueur du jour a failli s'appeler Caen. Après deux coups de pied arrêtés, un penalty de Frau et un coup franc égalisateur de Barbosa, c'est Nabab qui croyait avoir marqué le but de la victoire (57e). Mais Govou surgissait dans un cafouillage et les dernières secondes du match pour inscrire son premier but sous les couleurs d'Evian (2-2), son 50e personnel en L1.

Enfin, dans la série "un nul qui n'arrange personne", pas même les spectateurs puisqu'aucun but n'a dégelé l'atmosphère, quatre équipes se posent là : Ajaccio-Brest (0-0) et Sochaux-Auxerre (0-0). Brest a signé son 14e nul grâce notamment à son gardien Elana, qui a repoussé le penalty d'Eduardo (84e). Auxerre, Nice et Sochaux occupent toujours la charrette.