Cet article date de plus d'un an.

Ligue Europa : Lucas Ocampos, sauveur à plus d'un titre

En marquant le but de la délivrance pour le FC Séville face à Wolverhampton mardi en quart de finale de Ligue Europa (1-0), Lucas Ocampos a offert le billet pour la demi-finale aux Andalous tout en envoyant le Stade Rennais directement en Ligue des champions. Un but en forme de consécration pour celui qui est devenu indispensable aux Sévillans depuis son arrivée l’été dernier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Lucas Ocampos après son but face à Wolverhampton. (ROLF VENNENBERND / DPA)

Cette année, Lucas Ocampos est décidément l’homme à tout faire du FC Séville. Après avoir enfilé les gants de gardien de but face à Eibar le 7 juillet dernier suite à la blessure de son gardien Tomas Vaclik, c’est lui qui est une nouvelle fois venu délivrer les siens mardi soir. Dominateurs stériles face à une pâle équipe de Wolverhampton mardi, les Sévillans ont buté tout le match sur Rui Patricio. A la 88e minute, Ever Banega - meilleur joueur sur la pelouse mardi soir - est venu distiller un corner tiré en deux temps sur la tête de l’Argentin, qui a suffisamment décroisé le ballon pour tromper le portier portugais.

Déjà décisif face à l’AS Roma en huitième de finale après un déboulé côté droit pour offrir le but à Youssef En-Nesyri jeudi dernier, Ocampos s’est une nouvelle fois mué en homme providentiel avec un 17e but (en plus de 5 passes décisives) en 42 matches joués cette saison. Intégration express pour un joueur qui n’a jamais pu exprimer pleinement son talent en quatre années à l’Olympique de Marseille saupoudrées de deux prêts décevants en Italie (Genoa et Milan AC). 

Sous les ordres de Julen Lopetegui, Ocampos s’est transformé pour devenir le buteur imprévisible et l’infatigable harceleur de défenses que son profil laissait supposer. Ce but plein de hargne caractérise une nouvelle fois sa pugnacité sur le terrain et récompense une équipe de Séville longtemps sans solution face aux Wolves. "Nous savons l'importance que cette compétition a pour le club. Nous devons faire de notre mieux pour maintenir ce statut. L'histoire nous donne une pression positive puisque jouer régulièrement à ce niveau est très important et continuer à gagner te donne encore plus envie de le répéter au match d'après", expliquait-il à l’UEFA avant le quart de finale.

Héros sans le vouloir du peuple rennais, puisque son but de la qualification envoie directement les Bretons en phase de groupes de la Ligue des champions, Ocampos a fait oublier le spectre de Nicolas Fauvergue, qui avait privé en 2007 les Rennais d’une telle qualification dans les arrêts de jeu. Mais l’Argentin n’en a cure : avec Séville, il a un statut européen à honorer dans cette compétition que les Andalous chérissent tant avec six victoires depuis 2004. "Personnellement mon rêve est d'être en finale et si nous y parvenons, autant la gagner. Mais c'est un championnat long et bien qu'il reste 3 matchs ça sera des combats. Il va falloir être forts, y aller avec humilité et tenter de faire du mieux possible", précisait-il avant la victoire face à Wolverhampton. Désormais, il n’en reste plus que deux à l’homme providentiel du FC Séville pour aller chercher une septième victoire. Avec un nouveau sauvetage dès le 16 août prochain, face à Manchester United ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue Europa

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.