Ligue Europa : craignant pour sa sécurité, l'Arménien Mkhitaryan ne participera pas à la finale en Azerbaïdjan avec Arsenal

Le milieu de terrain et sa famille refusent de se rendre à Bakou. Depuis 30 ans, un conflit territorial empoisonne les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Le milieu de terrain d\'Arsenal Henrikh Henrikh lors des quarts de finale retour contre Naples, le 18 avril 2019 en Italie.
Le milieu de terrain d'Arsenal Henrikh Henrikh lors des quarts de finale retour contre Naples, le 18 avril 2019 en Italie. (MATTEO CIAMBELLI / NURPHOTO)

Le club d'Arsenal a décidé de ne pas envoyer son milieu de terrain arménien Henrikh Mkhitaryan à Bakou (Azerbaïdjan) pour la finale de la Ligue Europa face à Chelsea le 29 mai. Son entraîneur Unai Emery a évoqué "une décision personnelle" du joueur, en raison des relations difficiles entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Depuis près de 30 ans, le conflit territorial autour de la région séparatiste du Nagorny-Karabakh empoisonne les relations entre ces deux pays du Caucase.

Malgré les assurances de Bakou, Arsenal s'est d'abord dit dans un communiqué "très déçu de devoir annoncer que Henrikh Mkhitaryan ne fera pas partie du voyage [en Azerbaïdjan] pour disputer la finale de la Ligue Europa contre Chelsea"Le joueur a ensuite estimé sur Twitter que "disputer une telle finale est une occasion qui ne se présente pas tous les jours pour un joueur et je dois admettre que c'est un déchirement pour moi de ne pas pouvoir y participer".

En 2015, Henrikh Mkhitaryan ne s'était pas rendu dans le pays pour affronter le Gabala FK avec son ancien club, le Borussia Dortmund. Puis en octobre dernier, il avait séché le déplacement des Gunners sur le terrain de Qarabag, en Ligue Europa. Après la demi-finale victorieuse contre Valence, le 10 mai dernier, le club anglais avait aussitôt demandé "des garanties de la part de l'UEFA concernant la sécurité de Mkhitaryan" s'il devait se rendre à Bakou.

"Je ne peux pas le forcer à venir avec nous"

En dépit des récentes déclarations de l'ambassadeur du pays au Royaume-Uni assurant que Henrikh Mkhitaryan ne ferait l'objet d'aucune menace s'il se rendait à Bakou, la star et sa famille ont donc estimé qu'elle ne sera pas en sécurité. "Il veut jouer et nous aider, mais ils ont parlé, lui et sa famille, et ont décidé de ne pas s'y rendre, a expliqué Unay Emery. Je ne peux pas le forcer à venir avec nous."

La Fédération azerbaïdjanaise de football, quant à elle, s'est dit "déçue" par la décision du milieu de terrain arménien. "Nous voulons répéter que l'Azerbaïdjan a fourni toutes les garanties nécessaires demandées par l'UEFA pour assurer la sécurité d'Henrikh Mkhitaryan, explique un communiqué. "Au cours de la dernière décennie, de nombreux athlètes arméniens ont pris part à des évènements internationaux en Azerbaïdjan sans aucun problème."

L'Azerbaïdjan et l'Arménie se déchirent depuis près de 30 ans sur la question du Nagorny-Karabakh, une région à majorité arménienne qui a proclamé son indépendance en 1991 mais qui reste reconnue par la communauté internationale comme faisant partie de l'Azerbaïdjan. Un cessez-le-feu a été conclu en 1994, après une guerre ayant fait 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, mais aucun traité de paix n'a jamais été signé et des heurts se produisent régulièrement.