Ligue Europa conférence : pourquoi Rennes doit se méfier des Norvégiens de Rosenborg

Poussif en championnat après deux nuls en deux journées, le Stade rennais dispute un barrage aller périlleux, jeudi.

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le milieu de terrain rennais, Eduardo Camavinga, lors de la rencontre contre le RC Lens, le 8 août 2021. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Pour une première d'un club français dans la toute nouvelle Ligue Europa conférence (C4), les Rennais n'ont pas tiré le morceau le plus facile à manoeuvrer en barrages. Face à eux, les Norvégiens de Rosenborg se présentent pour le match aller, jeudi, au Roazhon Park dans ce qui ressemble déjà à un premier tournant de la saison pour les joueurs de Bruno Génésio.

Après un retard à l'allumage en Ligue 1 sur les deux premières journées, Rennes s'avance dans cette double confrontation sans réelles certitudes sur son jeu ni sur les contours de son effectif, pas encore bouclé à moins de deux semaines de la fin du mercato. Une situation bancale au moment de se mesurer à la mécanique scandinave de Rosenborg, quatrième du championnat norvégien après quinze rencontres. 

Parce que le collectif rennais est encore dans le doute

Une seule victoire en cinq matchs de préparation et deux résultats nuls contre Lens (1-1) et Brest (1-1) en Ligue 1 : il s'agit là de la dynamique actuelle pas très reluisante des Bretons en ce début de saison. Un fond de jeu peu explicite, des automatismes encore à peaufiner et une efficacité à retrouver. Les grands travaux de "Pep" Génésio sont d'envergure avant de passer un premier test européen qui déterminera le reste du calendrier pour le sixième du dernier championnat.

Un constat partagé par l'intéréssé lui-même après le match contre Brest, dimanche : "C'est frustrant parce qu'on a fait de bonnes choses mais il nous manque plus de dangerosité dans la surface adverse. On doit mettre davantage d'agressivité pour mieux finir nos occasions. [...] Il faut qu'on apprenne à mieux gérer le score pour éviter de se faire reprendre et être plus efficaces encore".

L'ailier ghanéen Kamaldeen Sulemana du Stade Rennais, balle au pied, lors de la rencontre à Brest pour la deuxième journée de Ligue 1, dimanche 15 août 2021. (FRED TANNEAU / AFP)

Un problème récurrent pour la huitième attaque de la saison dernière (52 buts) qui n'a toujours pas trouvé le numéro neuf tant espéré à la place de Serhou Guirassy, relégué sur le banc depuis la fin du dernier exercice. Même problème derrière où le départ du capitaine Damien da Silva, parti libre à Lyon, a obligé le club breton à repenser son axe défensif.

Parce que le mercato de Rennes reste incomplet

Porté par un effectif actuel de 33 joueurs professionnels sous contrat, Rennes n'a pas réglé tous ses problèmes. Une gestion sportive délicate après avoir renforcé ses rangs l'an dernier pour la Ligue des champions. Plusieurs joueurs pourraient encore quitter le club comme le jeune milieu de terrain Eduardo Camavinga (18 ans) , qui intéresse plusieurs grandes écuries européennes à un an de la fin de son contrat, ou ceux de Faitout Maouassa et James Léa-Siliki, eux aussi courtisés à l'étranger.

Au rayon des bonnes nouvelles, le talent brut de Lesley Ugochukwu (17 ans) a éclaté dans l'entrejeu lors des deux premiers matchs de Ligue 1. Un autre point positif est l'apport offensif de l'ailier ghanéen Kamaldeen Sulemana, débarqué du FC Nordsjaelland au Danemark, et déjà buteur. Une option supplémentaire pour renforcer le secteur offensif. En défense, Birger Meling est arrivé de Nîmes pour trois millions d'euros sur le poste de latéral gauche, et Loïc Badé, a été acheté à Lens pour la somme de 17 millions d'euros.

Dernière arrivée en date, celle de l'ex-Angevin Baptiste Santamaria dans l'entrejeu. Après une saison en Allemagne du côté de Fribourg, le milieu de terrain de 26 ans est venu apporter son expérience au poste de milieu défensif - laissé vacant par le départ de Steven Nzonzi - pour un transfert estimé à 14 millions d'euros et un contrat de quatre ans. Un mercato intelligent mais qui semble loin d'être terminé aussi bien dans le sens des départs que des arrivées. 

Parce que Rosenborg marche sur l'eau

Une forme au beau fixe sur le plan sportif pour Rosenborg. Le club scandinave, 26 fois champion de Norvège, a enchaîné un troisième succès consécutif en championnat le week-end dernier. Rien d'exceptionnel jusque-là, sauf que Rosenborg est sur une série impressionnante de 37 buts marqués lors de ses huit derniers matchs, en moins d'un mois. Des scores fleuves en Coupe de Norvège - avec des succès 7-1 ou 11-0 - ou encore face aux modestes clubs islandais d'Hafnarfjordur et slovènes de Domzale à l'occasion de leurs deux derniers tours de qualification de Ligue Europa Conférence.

Des résultats à relativiser contre des adversaires de seconde zone par rapport à Rennes, mais qui traduisent l'excellente dynamique du club norvégien habitué à disputer très tôt dans la saison des tours qualificatifs pour les coupes européennes. Dans les rangs de Rosenborg, le Stade rennais retrouvera aussi deux anciens visages avec les milieux Anders Konradsen (à Rennes de 2013 à 2015) et Alexander Tettey (2009-2012).

La recrue rennaise Birger Meling accueillera également son ancien club, après être passé sous les couleurs du club norvégien de 2017 à 2020. Cette double confrontation inédite s'annonce explosive dans l'optique d'un précieux pass européen vers la phase de groupes pour la troisième des Coupes d'Europe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.