Real Madrid-Chelsea : Zinédine Zidane-Thomas Tuchel, un match dans le match

Les deux entraîneurs se retrouvent mardi soir en demi-finale aller de la Ligue des champions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Thomas Tuchel et Zinédine Zidane lors d'un match entre le PSG et le Real Madrid au Parc des Princes, le 18 septembre 2019. (MAXPPP)

Dans le match aller de demi-finale de Ligue des champions, ce mardi 27 avril, entre le Real Madrid et Chelsea, l’un des duels observés se jouera sur les bancs de touche. Zinédine Zidane, 48 ans, affronte un entraîneur qu’il n’a jamais battu, Thomas Tuchel, 47 ans.

Face-à-face : avantage Tuchel

Le coach de Chelsea a déjà rencontré à quatre reprises le Real Madrid de Zinédine Zidane, et ne s’est jamais incliné. En 2016, avec le Borussia Dortmund, le technicien allemand a tenu en échec les madrilènes en phase de groupe de Ligue des champions, sur le score de 2-2 à l’aller et au retour. Puis avec le PSG, en 2019, toujours en poule, il l’a emporté 3-0 au Parc des Princes et a fait match nul 2-2 à Santiago Bernabeu.

Expérience à ce niveau : avantage Zidane

Les deux entraîneurs font partie d’un cercle de 24 entraîneurs à avoir dirigé au moins quinze matches en phase à élimination directe en Ligue des champions, mais Zinédine Zidane semble presque habitué au dernier carré. Le Français va disputer sa quatrième demi-finale de C1 en tant qu’entraîneur, en cinq saisons. Il a déjà soulevé la "coupe aux grandes oreilles" à trois reprises à la tête des Merengue. Sur le banc adverse, ce n’est que la deuxième fois de sa carrière que Thomas Tuchel atteint ce stade de la compétition, après le parcours européen du PSG la saison dernière. Chelsea s’apprête à disputer sa première demi-finale de C1 depuis 2014, et l’entraîneur allemand ne s’attend pas à un match facile : "Il faudra compenser notre manque d’expérience par de l’envie et de l’enthousiasme", a-t-il déclaré.

La forme du moment : match nul

Le Real Madrid n’a plus perdu un seul match depuis le 30 janvier dernier, contre Levante (1-2), mais reste sur un match nul décevant, le week-end dernier, face au Betis Séville à domicile. Les Londoniens se sont eux inclinés en quart de finale retour de C1 face à Porto, mais à l’extérieur, le Chelsea de Tuchel est imbattable. En dix rencontres loin de leurs bases depuis l’arrivée de l’entraîneur allemand, les Blues l’ont emporté à huit reprises et ont concédé deux matches nuls.

Le point tactique : un système inchangé pour Tuchel, des adaptations pour Zidane

Depuis son arrivée sur le banc de Chelsea, Thomas Tuchel a installé un 3-4-3, titularisant très régulièrement Antonio Rüdiger et Cesar Azpilicueta en défense, alors que les deux joueurs n’entraient pas toujours dans les plans de Frank Lampard. Un choix payant, puisque les Blues sont la deuxième meilleure défense de Premier League, derrière Manchester City. Une solidité appréciée par Tuchel : "Même quand on ne joue pas nos plus beaux matchs, on est capable de gêner l’adversaire, de l’empêcher de développer son jeu. On défend tous ensemble, c’est un effort d’équipe, et les gars peuvent compter les uns sur les autres".

Au contraire de son homologue allemand, Zidane adapte son système de jeu à l’adversaire, ce qui ne déplait pas à son défenseur central, Raphael Varane : "Ces changements sont intéressants pour progresser et devenir un joueur plus complet. Tout le monde s’entraide, et on fait les efforts ensemble". Parfois en 4-3-3, avec brio comme contre Liverpool, ou en 3-4-3, le milieu de terrain est la pierre angulaire de son système, avec les titularisations quasiment systématiques Toni Kroos, Luka Modric et Casemiro. En attaque, il peut s’appuyer sur une valeur sûre, Karim Benzema, auteur de 27 buts toutes compétitions confondues cette saison, tandis que du côté des Londoniens, aucun attaquant ne parvient à sortir du lot.

Qui de Tuchel ou Zidane remportera la première manche de ce duel ? Réponse mardi soir à partir de 21 heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.