Cet article date de plus d'un an.

Ligue des champions : Serge Gnabry, de Londres à la lumière

Auteur d'une deuxième mi-temps ébouriffante, Serge Gnabry a permis au Bayern Munich de s'imposer sur la pelouse de Chelsea (3-0) en inscrivant un doublé lors de ce huitième de finale aller de Ligue des champions. En deux matches joués à Londres cette saison, Serge Gnabry a inscrit six buts, après son quadruplé contre Tottenham en octobre dernier, alors qu'il n'avait jamais marqué avec Arsenal dans la capitale anglaise. Peu en vue en première période, puis décisif en seconde, Gnabry a confirmé ce soir qu'il est le digne héritier de Franck Ribéry sur le côté gauche de l'attaque bavaroise.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.

La ville de Londres apprend à connaître Serge Gnabry. Par bribes de rencontres de Ligue des champions. Et peut-être trop tard au goût des supporters d'Arsenal, club dans lequel il a évolué entre 2012 et 2015. Avec le Bayern Munich cette saison, l'ailier allemand a inscrit six buts en l'espace de deux rencontres dans la capitale anglaise. Deux ce soir contre Chelsea, en huitième de finale aller de la Ligue des champions (3-0). Et quatre le 1er octobre dernier, lors de la 2e journée de cette même compétition, à l'occasion d'une victoire écrasante des Bavarois sur la pelouse de Tottenham (7-2). Six buts donc, tous inscrits en deuxième période.

Ce soir, sur la pelouse de Stamford Bridge, le premier acte de l'ailier allemand de 24 ans a été plus que terne. Absent des débats pendant les 45 premières minutes, Gnabry a tout de même su se mettre en évidence à dix minutes du repos, en servant magnifiquement Thomas Müller d'un centre millimétré (35e). Comme à Tottenham, l'ancien Gunner aurait pu délivrer une passe décisive en première période, mais la tête renversée de Müller a atterri sur la barre transversale des Blues. Pour voir le vrai Gnabry en action, à savoir le successeur désigné de Franck Ribéry, à qui il a progressivement pris la place la saison dernière sur le côté gauche de l'attaque bavaroise, il aura fallu attendre la deuxième mi-temps.

Brillant quand le Bayern a accéléré

Le moment où le Bayern Munich s'est décidé à réellement accélérer. Dominateurs en première période, les joueurs d'Hans-Dieter Flick se sont montrés bien plus incisifs dès le début du deuxième acte, en augmentant considérablement l'intensité et la vitesse des transmissions. Un style de jeu qui sied particulièrement bien à Gnabry, capable d'accélérations fulgurantes sur son côté ou vers l'axe de la défense adverse. En profitant d'une glissade de César Azpilicueta, l'attaquant a allumé la première mèche à la 51e minute, en servant Robert Lewandowski en profondeur. Habitué à empiler les buts cette saison, le Polonais a choisi cette fois de subtilement remettre le ballon dans l'axe pour Gnabry qui n'a eu qu'à pousser le ballon dans les buts vides de Willy Caballero.

Trois minutes plus tard, le duo a remis ça. Gnabry, servi dans la profondeur par le poison Lewandowski après un magnifique une-deux, a fait parler sa vitesse pour déposer la défense des Blues et croiser une belle frappe du gauche sur laquelle le gardien argentin n'a rien pu faire (54e). Brouillon puis brillant, le joueur de 24 ans a inscrit ce soir ses 16e et 17e buts de la saison toutes compétitions confondues. Alors qu'il n'avait jamais eu l'occasion de marquer à Londres avant cette saison, Gnabry aurait même pu inscrire un triplé ce soir mais ses deux autres frappes de la rencontre sont passées au-dessus des buts (59e, 62e). La finition, un domaine dans lequel l'Allemand peut encore progresser et qui lui permettrait de passer un pallier, tant ses déplacements et sa vitesse l'aident à se procurer des occasions.

Futur adversaire des Bleus... et de Pavard

Alors que Kingsley Coman, victime d'un nouveau claquage, laissait sa place à Philippe Coutinho à la 65e minute de jeu, Gnabry a délaissé son couloir gauche au profit du Brésilien pour occuper l'aile droite pour la fin de la rencontre. Entre ce replacement et son remplacement par Corentin Tolisso à la 85e minute, l'ailier allemand a disparu des radars. Un autre domaine dans lequel il pourrait encore s'améliorer, puisqu'il apparaît parfois sur courant alternatif. Mais même son absence dans le couloir gauche a permis aux Bavarois d'inscrire un but : le champ devant lui laissé vide, Alphonso Davies, le jeune latéral bavarois, a pu en profiter pour débouler dans le couloir gauche et servir, pour le 3-0 (76e), l'autre homme du match, Robert Lewandowski.

Recruté par le Bayern à l'été 2017 après avoir été cédé par Arsenal au Werder Brême un an auparavant pour 5 petits millions d'euros, les Gunners peuvent se mordre les doigts vu les progrès de l'ailier. Après un prêt concluant à Hoffenheim, Serge Gnabry s'est imposé depuis l'année dernière au sein de l'armada offensive du Bayern et représente l'avenir du club, mais aussi de la sélection allemand - il compte 13 capes pour 13 buts inscrits -. Une équipe allemande que l'équipe de France retrouvera à l'Euro 2020 dans le groupe F. Les Bleus sont prévenus, tout comme Benjamin Pavard, coéquipier de Gnabry au Bayern, qui devrait défendre face à lui lors de France-Allemagne. Heureusement pour Didier Deschamps et ses joueurs, le match n'aura pas lieu à Londres. Malheureusement, il aura lieu dans un autre stade qui réussit tout aussi bien à Serge Gnabry : l'Allianz Arena de Munich.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.