Ligue des champions : sans réponse face à Porto, l'Olympique de Marseille est éliminé

L'Olympique de Marseille s'est incliné face au FC Porto (0-2) ce mercredi en Ligue des champions. Cette quatrième défaite consécutive, en quatre matches, élimine les hommes d'André Villas Boas.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (NICOLAS TUCAT / AFP)

Le FC Porto n’a même pas eu à forcer. Pour battre cet OM-là, pourtant très volontaire dans la première demi-heure du match, le club portugais n’a pas semblé puiser dans ses réserves. Grâce à Zaidu Sanusi (37e) et Sergio Oliviera(71e), le FC Porto l’a emporté (2-0) ce mercredi lors du premier match de la phase retour de Ligue des champions. Avec cette quatrième défaite en quatre matches, l’Olympique de Marseille est d’ores et déjà éliminé de cette compétition. Le bilan est pour l’instant terrible pour les hommes d’André Villas Boas : zéro but inscrit, des leaders invisibles, et surtout un record peu glorieux – treize défaites consécutives en Ligue des champions, soit la pire série jamais réalisée dans cette compétition. Florian Thauvin appelait à une réaction d’orgueil pour que "le sentiment de honte" s’évanouisse ; elle n’a pas eu lieu. Quant à la honte, il n’est pas certain qu’elle se soit envolée, loin de là. 

Passivité fatale

André Villas Boas avait pourtant opté pour des choix forts en début de match : laisser Dimitri Payet et Dario Benedetto sur le banc, et lancer Luis Henrique. Mais rien n’y a fait. Les premières minutes encourageantes – bon coup de tête de Valère Germain à la 15e minute, plusieurs bonnes phases de possession – ont vite laissé place à la torpeur des premiers matchs. Le match a commencé à se tendre vers la demi-heure, notamment lorsque Jordan Amavi et Jesus Corona se sont heurtés. Surtout, le FC Porto a concrétisé, l’espace de deux minutes, sa première bonne séquence. C’est le latéral nigérian Zaidu Sanusi qui s’est chargé punir la défense amorphe de l’OM, en s’y reprenant à deux fois face à Mandanda (37e)

La triple rentrée de Dimitri Payet, Dario Benedetto et Mickael Cuisance à la 59e minute a semblé relancer la dynamique des Marseillais. Le premier, surtout, s’est démultiplié pour proposer des décalages et des passes à ses coéquipiers. Mais cela n’a duré qu’une dizaine de minutes. Comme en première mi-temps, lorsque l’entente s’est faite, elle s’est vite effilochée, par manque de confiance et d’envie. Même le carton rouge de Marko Grujic à la 67e minute, et la perspective d’une fin de match en supériorité numérique, n’y a rien fait ; puisque les Marseillais se sont débrouillés pour se prendre aussi un rouge dans la foulée (Leonardo Balerdi, 70e). 

Le penalty transformé de Sergio Oliviera (71e) n’a fait qu’entériner une domination discrète des Portugais. Dario Benedetto a certes failli réduire le score en fin de match d’une tête sur le poteau (90e). Le bilan aurait de toute façon été le même : Marseille était, une nouvelle fois, loin du niveau européen ce mercredi. Ni au niveau de Manchester City - c'était attendu - ni à celui du FC Porto ou de l'Olympiakos - ça l'était moins. "C'est une compétition à oublier pour nous", a lâché André Villas-Boas au micro de RMC Sport à l'issue de la rencontre. L'OM fait pour le moment une bonne saison en Ligue 1 (ils sont 6e avec deux matches en moins); mais rien ne pourra effacer, pour la confiance des joueurs, cette déconvenue européenne. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.