Ligue des champions : "Pas un tirage facile pour le PSG, mais pour le Bayern non plus", analyse Éric Roy

Le tirage au sort a désigné le Bayern Munich, tenant du titre, comme prochain adversaire du PSG en quarts de finale de Ligue des champions. Selon Éric Roy, consultant France TV Sport, ce tirage n’arrange aucune des deux équipes, et le plus difficile pourrait être d’affronter Manchester City en demi-finales. Il revient aussi sur les autres confrontations à venir.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le PSG et le Bayern se retrouvent en quart de finale, dans un remake de la dernière finale de la Ligue des Champions (MANU FERNANDEZ / POOL)

Peut-on parler d’un mauvais tirage pour le PSG ?
Éric Roy :
 "Ce n’est pas le tirage le plus facile. Il est évident que le PSG aurait préféré tirer un autre adversaire, mais le Bayern aussi. Pour aller au bout et remporter la Ligue des champions, il faut battre des grandes équipes. Aucune n’est invincible. Paris peut l'emporter, mais il faudra que l’effectif soit au complet, avec un Neymar en forme. L’année dernière, le PSG a eu beaucoup de chance aux tirages au sort. Avec des adversaires comme l’Atalanta ou Leipzig, heureusement qu’ils sont allés en finale. Là, ils vont être confrontés à de l’adversité rapidement, et ce sera un bon révélateur pour la suite."

"La défense du Bayern, ce n'est pas l'assurance tous risques"

Le Bayern est invaincu depuis 19 matches en Ligue des champions. Le PSG a-t-il quand même ses chances ?
ER :
"Le Bayern peut compter sur un collectif très fort, un attaquant qui marque beaucoup de buts, et un grand gardien (Manuel Neuer). Mais si l’on compare les effectifs, je pense que le PSG a de meilleures individualités, sauf qu’elles ne jouent pas toutes ensemble, alors que Munich est une équipe qui déroule son football, a des automatismes. Lors de la finale l’année dernière, le Bayern s’est montré supérieur et a étouffé les individualités parisiennes. Après, le PSG est capable de se sublimer dans les grandes rencontres. Le Bayern prend quand même pas mal de buts et concède des occasions. Sa défense, ce n’est pas l’assurance tous risques."

Un pronostic pour ce match ?
ER :
"Je suis toujours très chauvin, donc je pense et j’espère que le PSG va se qualifier. Mais je n’occulte pas le fait qu’il faudra montrer un bien meilleur visage que contre Barcelone au match retour, Nantes en Ligue 1, et même Lille en Coupe de France."

"City prend le ballon au coup d’envoi et le rend dans le vestiaire"

L’équipe victorieuse entre le PSG et le Bayern rencontrera le vainqueur de la confrontation entre Manchester City et le Borussia Dortmund en demi-finales. Est-ce la bonne année pour Manchester City ?
ER :
 "Oui, c’est possible. Je pense que City était le pire tirage, j’en faisais mon épouvantail. L’équipe de Guardiola est sur une très bonne dynamique, capable de jouer dans plusieurs systèmes pour faire déjouer l’adversaire, avec de très bons joueurs. Elle est très forte avec le ballon, et fait beaucoup courir. J’ai tendance à dire que City prend le ballon au coup d’envoi et le rend dans le vestiaire à la fin du match. C’est aussi la meilleure défense du championnat anglais. Erling Haaland est un joueur de très haut niveau, mais le collectif de Dortmund est inférieur à celui de Manchester City. Même s’il marque des buts, je pense que ça ne sera pas suffisant, un peu comme contre le PSG l’année dernière."

Real Madrid - Liverpool, un match "très excitant et indécis"

Liverpool, vainqueur en 2019, rencontrera le Real Madrid, qui n’a plus gagné la Ligue des champions depuis 2018. À quelle opposition peut-on s’attendre ?
ER :
"Ce sera une double confrontation très ouverte, avec d’un côté une équipe en train de guérir, qui récupère peu à peu des forces vives, Liverpool, et de l’autre un Real toujours un peu inconstant, que l’on sent en bout de course, mais qui se réveille toujours dans les grands moments. Les Madrilènes savent être bons quand il le faut, ils savent gérer les moments clés, quand la pression est importante. Ça en fait un match très excitant, indécis, et on se demande qui en sortira vainqueur. Il faudra au Real un grand Benzema pour atteindre son objectif de tout gagner. Il est décisif ces dernières semaines, c’est l’attaquant vedette de l’équipe. Il est meilleur année après année. Maintenant qu’il n’est plus occulté par Ronaldo, il a plus de responsabilités, doit marquer plus de buts, et il le fait magnifiquement bien."

Porto, un faux bon tirage ?

Porto a fait tomber la Juventus en huitièmes de finale (2-1, 2-3). Les Portugais peuvent-ils reproduire l’exploit contre Chelsea ?
ER :
 "Porto est une équipe très difficile à jouer, très agressive, qui court beaucoup. Son entraîneur (Sérgio Conceiçao) est très investi, et il transmet toute son énergie à son équipe. On peut peut-être assister encore à une surprise, mais il faut quand même tenir compte du fait que Chelsea est une équipe très difficile à battre, surtout depuis que Tuchel est arrivé. Mais Porto peut être un faux bon tirage."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.