Ligue des champions : Neymar, unique buteur du PSG face à Leipzig, un sauveur en trompe l'œil

En inscrivant le seul but de la rencontre ce mardi soir face au RB Leipzig (1-0), Neymar permet au Paris Saint-Germain de croire encore à une qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. S'il a marqué son premier but dans la compétition depuis cinq matches et qu'il apparaît comme le héros du soir, l'attaquant brésilien n'a pourtant pas brillé. Trop individualiste, Neymar a souvent abusé des rushs en solo, au détriment du collectif.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Neymar a inscrit son premier but en Ligue des champions cette saison (FRANCK FIFE / AFP)

Ángel Di María a de quoi être énervé. Remplacé à la 64e minute du match contre Leipzig ce mardi soir par Rafinha, l'ailier argentin s'est dirigé vers le banc de touche le visage fermé, sans prêter attention à son entraîneur Thomas Tuchel. Ce dernier, face aux grandes difficultés de son équipe pour conserver le ballon, s'était décidé à faire un premier changement en sortant l'Argentin. Pourtant, une sortie de Neymar aurait pu paraître plus logique.

Pour sa première titularisation depuis son retour de blessure, l'attaquant brésilien du Paris Saint-Germain a certes marqué le seul but de la rencontre sur un penalty en tout début de première mi-temps (11e). Mais il a surtout agacé par des excès d'individualisme et des accès de colère qui le caractérisent maintenant depuis plusieurs mois. "C'est le moment pour Ney d'être décisif", jugeait Tuchel en conférence de presse d'avant-match lundi. Décisif, Neymar l'a donc été en inscrivant ce but qui permet au PSG de croire à nouveau à la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Mais très vite, le prodige brésilien est retombé dans ses travers. Bien sûr, le PSG a été acculé dans son camp. Dans ce contexte, Neymar n'avait que peu de solutions lorsqu'il se retrouvait face au jeu alors que le club de la capitale a semblé loin d'être au point collectivement. Pourtant, au lieu de faire simple, le Brésilien a fait compliqué. Lors du Final 8 de la C1, en août dernier, Neymar avait brillé de par ses rushs, ses percées fulgurantes balle au pied qui déstabilisaient les défenses adverses. En revanche, il n'avait pas marqué en trois rencontres. À l'inverse, ce soir, malgré son premier but sur la scène européenne depuis cinq matches et le mois de mars dernier, il n'aura jamais su faire la différence.

"Ils ont deux très gros joueurs avec Neymar et Mbappé, mais on n'a pas à les craindre", soufflait Ibrahima Konaté hier en conférence de presse. Le défenseur de Leipzig, Dayot Upamecano et leurs coéquipiers au milieu de terrain n'ont en effet pas réellement souffert du génie brésilien ce soir. Et ont même mis l'intensité nécessaire pour le déstabiliser. À tel point qu'un autre défaut de Neymar a rejailli, notamment en fin de première période : à force de ne pas toucher le ballon, le numéro 10 parisien s'est énervé, récoltant un carton jaune pour une faute sur Marcel Sabitzer (40e).

Le collectif au second plan

Et lorsque Neymar est agacé, ses coéquipiers passent au second plan. Déjà que le collectif du PSG est loin d'être bien huilé, l'attitude du Brésilien n'a pas aidé. Neymar a ainsi multiplié les gestes de provocation, préférant tenter le petit pont sur Yussuf Poulsen et Dani Olmo sur un pressing de ces derniers plutôt que de glisser le ballon en retrait. "On a besoin qu'il joue, c'est nécessaire qu'il soit sur le terrain. Il a la qualité et l'expérience pour nous aider. C'est un joueur clé pour nous. (...) Il peut gérer ce genre de match physiquement et mentalement", assurait Tuchel lundi.

Pourtant, en sortant de son match de la sorte, Neymar s'est saboté lui-même, tout en ne parvenant pas à faire souffler son équipe comme il aurait dû le faire. Alors que le PSG voyait son but assiégé par les joueurs allemands, Neymar s'est tout de même démené pour jouer les contre-attaques parisiennes à fond, cherchant systématiquement - et presque uniquement - Kylian Mbappé dans la profondeur. Le Brésilien aurait même pu offrir une passe décisive au Français sur une belle contre-attaque (39e). Mais ce type de coups d'éclat aura été trop rare pour Neymar, à tel point qu'il est tombé, comme trop souvent, dans la caricature du joueur exceptionnel qu'il peut être.

Sorti à la 90e minute, remplacé par Pablo Sarabia, Neymar a terminé son match sur le banc de touche, à haranguer ses partenaires avec le sourire aux lèvres. Héros du soir côté parisien, le Brésilien n'aura pourtant pas marqué la rencontre de son empreinte et s'il est encore capable de gestes sublimes dignes des plus grands de ce monde, son poids et son influence au sein de l'effectif du PSG continuent d'être un casse-tête pour Tuchel. La rencontre de ce soir semble en tout cas démontrer que l'entraîneur allemand manque cruellement d'idées pour faire jouer son équipe et le génie brésilien tout en dégageant une identité de jeu. Au point de laisser reposer le sort d'un match sur Mbappé et Neymar, quitte à les laisser sur le terrain, même dans un mauvais jour.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.