Ligue des champions : Monaco s'impose facilement à Prague dans une rencontre perturbée par des cris racistes

Les cris racistes ont visé des joueurs monégasques, dont le milieu français Aurélien Tchouameni.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Aurélien Tchouameni célèbre son but lors du match aller du troisième tour de qualification de la ligue des champions, face au Sparta, à Prague, 3 août 2021. (MARTIN DIVISEK / EPA / MAXPPP)

Monaco s'est aisément imposé à Prague contre le Sparta (2-0) en 3e tour préliminaire aller de Ligue des champions, mardi 3 août, dans une rencontre entachée par des cris racistes à l'encontre des joueurs monégasques. 

Sur le terrain, tout s'est passé sans encombre pour les troisièmes du dernier championnat de Ligue 1 face aux vice-champions tchèques. La victoire nette et sans bavure, grâce à un but par mi-temps d'Aurélien Tchouameni (37e) et de Kevin Volland (59e), place l'équipe de la Principauté dans une situation parfaite avant le match retour la semaine prochaine à domicile.

En revanche, cette première rencontre de la saison de Monaco a été polluée par un incident majeur : des cris racistes. Aurélien Tchouameni s'est plaint de cris de singe lancés à son encontre lorsqu'il était en train de fêter son but, le premier de la rencontre. Après en avoir directement fait état à son entraîneur Niko Kovac, il l'a précisé à l'arbitre de la rencontre, l'Anglais M. Mickael Oliver. Ce dernier a reçu la plainte du joueur et de son capitaine Wissam Ben Yedder.

Tchouameni, buteur insulté

Puis il a appliqué le protocole mis en place par l'UEFA. Il a demandé à ce que le speaker du stade rappelle au public qu'en cas de nouvel incident, la rencontre serait arrêtée. Les instances européennes du football se pencheront sur ce dossier a-posteriori, une fois que les deux clubs auront fourni d'autres éléments. Si les joueurs monégasques ont été touchés par la situation, ils sont pourtant restés concentrés, appliqués et disciplinés durant la suite du match.

Le gardien Alexander Nübel, seule recrue alignée d'entrée par Kovac n'a rien eu à faire, si ce n'est à la suite d'une mauvaise relance au pied. Après un premier quart d'heure délicat, ponctuées de nombreuses erreurs techniques, Monaco a été plus précis et s'est donc facilement imposé. Le premier but est venu sur un corner d'Aleksandr Golovin, après quelques tentatives infructueuses (Golovin 11e et Gelson Martins 14e). Totalement esseulé, Tchouameni s'est imposé dans les airs (1-0, 37e).

Volland déjà décisif

Monaco est ensuite resté très solide, avec un très bon Tchouaméni, notamment après la pause. En attaque, Kovac avait décidé de titulariser sa paire de feu de la saison dernière, Ben Yedder-Volland. Même à court de forme, les deux joueurs ont été importants. Après la sortie du premier remplacé par Sofiane Diop, le second a battu Florin Nita, le gardien roumain du Sparta pour sceller la victoire des Rouge et Blanc (2-0, 59e).

Monaco aborde ainsi le match retour, qui se tiendra mardi prochain au Stade Louis-II, en position très favorable. Si tout se passe sans accroc, Kovac et ses hommes affronteront ensuite le Shakhtar Donetsk ou Genk en barrages (aller 17 et 18 août, retour 24 et 25 août) pour retrouver la phase de groupe de Ligue des champions. Reste désormais à suivre, en parallèle, comment l'UEFA va gérer les incidents racistes qui se sont déroulés durant ce match.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.