Cet article date de plus d'un an.

Ligue des champions : Lille arrache un nul contre Valence et maintient l'espoir

Lille a arraché le match nul contre Valence (1-1) au bout du temps additionnel (90+5e) ce mercredi en Ligue des champions. Dans le groupe H, Lille reste en dernière position avec un point, à cinq longueurs du 2e, l'Ajax Amsterdam.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Le LOSC n’avait plus le droit à l’erreur. Et jusqu'aux ultimes secondes du temps additionnel, Lille allait encore tomber, après ses deux défaites initiales face à l'Ajax et Chelsea. Grâce à Jonathan Ikoné, surgi au détour d'une énième action dangereuse, les Nordistes ont sauvé la face d'un match qu'ils avaient nettement maîtrisé. Après avoir largement dominé les 60 premières minutes du match, le club nordiste a encaissé un but contre le cours du jeu par Denis Cherichev (64e).

Pas démobilisés pour autant, les Lillois ont poussé jusqu'au bout et ont fini par être récompensés, grâce à un superbe but de Jonathan Ikoné. Un point : c'est le bilan de la phase aller des Lillois, et ce n'est pas être pessimistes que de dire que, malgré le sauvetage de Jonathan Ikoné, les chances de Lille de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions sont minimes. Mais l'espoir est entretenu ; et plus par la manière avec laquelle le LOSC a dominé cette équipe de Valence que par le résultat lui-même. 

L'identité, coûte que coûte 


Depuis leur défaite frustrante face à Chelsea le 2 octobre dernier, Lille n’avait pas rassuré. Loin de là. Face à Nîmes (2-2) et contre Toulouse (1-2), de criantes lacunes défensives avaient plombé le club nordiste. Dès lors, la tentation aurait pu être grande d’opter pour un système plus défensif. Mais Galtier n’a pas cédé sur son identité. Et il avait prévenu : « Rester tous derrière, en C1, vu la qualité en face, on va beaucoup subir et on risque de prendre des buts », avait-il martelé en amont de ce match. C'est donc ce qu'il a fait : Lille a attaqué le match tambour battant, quitte à laisser des espaces derrière. Il a même innové en optant pour un 3-4-2-1  inédit avec Djalo en défense et un duo Yazici-Araujo en soutien d'Osimhen. La recette a fait des étincelles, et ce dès la première période. Luiz Araujo et Yacim Yazici  ont multiplié les courses sur les côtés pour alerter Victor Osimhen. Yazici a même heurté la barre sur un tir de loin (40e). 

Ikoné, le rachat

Mais le chateau de cartes s'est effondré en plein coeur de la deuxième mi-temps. Il faut dire que les fondations de Galtier sont encore fragiles : ses joueurs manquent de précision dans la finition. Et la sentence est arrivée très vite : Gameiro s'est échappé à droite, a centré au ras du sol et a trouvé Cherichev, qui a ouvert le score d'un tir croisé du gauche. Après une heure de domination, Lille était mené et se retrouvait à zéro point en trois matches. Les Nordistes ont alors eu le mérite de ne rien lâcher. Ils ont forcé le verrou espagnol jusqu'au bout.

Jusqu'à cette 94e miniute, quand Jonathan Ikoné qui, après avoir repris un centre d'André (excellent ce mercredi), s'est extrait de quatre joueurs pour enchaîner d'une superbe frappe du droit. L'international français était rentré à la 65e minute à la place de Luiz Araujo. Y a-t-il meilleure façon de regagner une place de titulaire ? 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.