Cet article date de plus d'un an.

Ligue des Champions : Griezmann buteur mais toujours bridé

Pas brillant mais buteur, Antoine Griezmann a permis au FC Barcelone d'éviter un faux pas à Naples mardi (1-1), en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Si son égalisation offre un avantage indéniable aux Blaugrana en vue du match retour, il ne faut pas s'y tromper, ses prestations sont toujours décevantes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Il est de la classe de ces joueurs qui n'ont pas besoin de marcher sur l'eau pour trouver la faille. Antoine Griezmann a tiré le FC Barcelone d'un revers fort peu souhaitable à Naples ce mardi (1-1). Buteur sur l'égalisation, le Français permet aux Blaugrana d'aborder le match retour en position favorable, le 18 mars au Camp Nou. Le match nul obtenu est une aubaine pour le club catalan, qui aura marqué sur son seul tir cadré.

En cache-misère

Si les hommes de Quique Setién ont monopolisé le ballon (68% de possession), ils ont concédé la plupart des situations dangereuses. Les Barcelonais n'auront pas non plus fait état d'une grande sérénité. Sergio Busquets a écopé d'un carton jaune (49') qui le privera du retour. Même chose pour Arturo Vidal, qui en a récolté deux d'un coup en fin de match (88'). Ajoutez à cela la sortie de Gérard Piqué sur blessure (90'). Reste à savoir s'il rejoindra Ousmane Dembélé et Luis Suarez à l'infirmerie, et pour combien de temps.

Au terme d'une telle soirée, on peut se dire que le but d'Antoine Griezmann est un phare dans la nuit. Le Français s'est retrouvé seul face au but après un centre de Nelson Semedo, très bien trouvé par Busquets (56'). En trompant David Ospina, il porte à 14 son nombre de buts avec le Barça cette saison, toutes compétitions confondues. Griezmann en a profité pour entrer dans le Top 5 des buteurs français en Coupe d'Europe. D'un point de vue statistique, il ne déçoit pas, ou peu. Mais sur le terrain, l'ex-Colchonero n'est plus le même joueur depuis qu'il est arrivé en Catalogne cet été. A la fin du match, le visage fermé, il a refusé toute satisfaction au micro de RMC Sport. Il est également revenu sur son changement de rôle. "Ce n'est plus à moi de créer. Je dois trouver les espaces et les ouvrir pour les autres", a-t-il rappelé. Utilisé comme véritable attaquant, le Français peine à briller.

Une utilisation contre-nature

En première période ce mardi soir, il n'a touché que 6 pauvres ballons. Plus souvent trouvé dans le deuxième acte, il a certes marqué, mais il a éprouvé des difficultés à bien se placer, en témoigne un contre mené par Frenkie De Jong (80'). Griezmann choisit d'accompagner à gauche, mais il a trois ou quatre mètres de retard, et De Jong perd le cuir. L'attaquant français a également eu tendance à se marcher dessus avec Lionel Messi, son binôme du soir en attaque. A plusieurs reprises, les deux ont décroché pour proposer une solution aux milieux. Dans ces phases, le Barça s'est retrouvé avec un dispositif en 4-6-0, ce qui peut en partie expliquer le manque de tranchant de l'animation barcelonaise face à Naples. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.