Ligue des champions : Atlético de Madrid-Chelsea à son tour déplacé par l'Uefa en raison de la Covid-19

L'Uefa a décidé de déplacer un troisième match des 8e de finale de Ligue des champions. Atlético de Madrid-Chelsea n'aura pas lieu en Espagne, mais à Bucarest, pour le match aller. Une troisième délocalisation après Leipzig-Liverpool, Mönchengladbach-Manchester City, tous deux délocalisés à Budapest.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Giroud et Kurt Zouma, buteurs avec Chelsea (MATTHEW CHILDS / POOL)

Après Budapest pour deux rencontres, place à Bucarest. La capitale de la Roumanie est devenue le troisième point de chute pour les rencontres de clubs anglais comptant pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. En raison de la contamination du variant anglais, l'Uefa tente d'éviter tout risque pour les équipes devant affronter les formations britanniques.

L'Allemagne a interdit la semaine dernière aux voyageurs venant d'une zone où la pandémie de Covid est particulièrement active de rentrer sur son territoire. Résultat : Leipzig-Liverpool et Mönchengladbach-Manchester City ne pouvaient plus se tenir normalement. Ces deux rencontres se joueront donc à Budapest, en Hongrie, et pas en Allemagne.

Cette fois, c'est le gouvernement espagnol qui a suspendu jusqu'au 2 mars toutes les arrivées des personnes venant d'Angleterre. Par conséquent, l'Uefa a choisi comme point de chute la Roumanie, et Bucarest, pour le match Atlético Madrid - Chelsea. 

Le phénomène concerne également la Ligue Europa, puisque le 16e de finale aller de Manchester United face à la Real Sociedad se jouera à Turin, avait indiqué mardi l'UEFA et celui entre les clubs norvégiens de Molde et allemand de Hoffenheim, le 18 février, a été déplacé à Villarreal (Espagne), les frontières norvégiennes étant totalement fermées aux non-résidents. Cette situation, si elle devait se prolonger, fait peser un doute sur la possibilité de poursuivre ces compétitions sur le mode des matches aller/retour.
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.