Cet article date de plus de quatre ans.

Dortmund-Benfica: Dembélé "confiant"

Le jeune international français de Dortmund Ousmane Dembélé reste "confiant" avant le 8e de finale retour de Ligue des champions le 8 mars, malgré la défaite du Borussia mardi sur le terrain du Benfica Lisbonne (1-0).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Ce n'est pas un résultat trop large. En plus, à domicile c'est difficile de nous battre", a déclaré jeudi l'attaquant de 19 ans, débarqué dans la Ruhr en août dernier pour 15 millions d'euros, dans une interview à trois médias français. Aussi dominateurs que maladroits, à l'image de leur début de saison en dents de scie, les Jaune et Noir ont "fait un bon match, surtout dans la conservation du ballon", mais le Benfica a été "plus efficace", a jugé le jeune ailier. "On n'est pas contents de ce qu'on a fait, d'autant qu'on voulait la victoire (...) Mais on va tout donner pour se qualifier pour les quarts de finale", promet l'ancien Rennais, alors que le Borussia n'a plus atteint ce stade de la compétition continentale depuis la saison 2013/2014.

Auteur de quatre buts et treize passes décisives toutes compétitions confondues cette saison, Dembélé est rapidement devenu un pilier du Borussia mais estime qu'il "peut mieux faire" et "doit continuer à travailler". "Je veux améliorer mon efficacité devant le but, dans les derniers gestes, et ne plus perdre bêtement le ballon", détaille-t-il, deux travers encore illustrés par son match à Lisbonne, même s'il a délivré une belle passe à Pierre-Emerick Aubameyang, en vain, et a été fauché à la limite de la surface à la 40e, sans même obtenir de coup franc. En championnat, où Dortmund, actuel 4e, alterne succès de prestige face aux gros et contre-performances face aux petits, au grand désespoir de ses supporteurs, l'objectif reste "de se qualifier pour la Ligue des champions", annonce le jeune attaquant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.