Barça-PSG : la soirée cauchemar des Français du Barça

Balayé par le Paris Saint-Germain dans son huitième de finale aller de Ligue des champions (1-4), le Barça comptait trois internationaux français dans son onze de départ : Antoine Griezmann, Ousmane Dembélé et Clément Lenglet. Comme leurs coéquipiers, et parfois de façon plus visible, ils sont passés à côté de leur rencontre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
L'attaquant du Barça, Antoine Griezmann, frustré contre le PSG en 8e de finale aller de la Ligue des champions, le 16 février 2021. (LLUIS GENE / AFP)

Les regards et les caméras sont tournés vers Kylian Mbappé depuis mardi 16 février. Auteur d'un triplé et d'une prestation mémorable face au Barça (1-4) en huitièmes de finale aller de Ligue des champions, l'international français est assuré de faire les gros titres de la presse européenne. Sur la pelouse, trois de ses coéquipiers en sélection n'ont pas pu se réjouir. Dans l'autre camp, Antoine Griezmann, Ousmane Dembélé et Clément Lenglet ont coulé avec le navire barcelonais. 

• Griezmann, des duels qui coûtent cher

Jusqu'à la 32e minute et l'égalisation de Kylian Mbappé, Antoine Griezmann était peut-être le Français le plus en vue sur la pelouse. Redoutable dans ses combinaisons avec Lionel Messi, il a plusieurs fois fait peser une menace sur la défense parisienne. Mais le champion du monde n'a pas pu faire la différence.

Lancé par Pedri dans la surface, Griezmann a perdu son duel face à Keylor Navas, gêné par Presnel Kimpembe mais aussi par un contrôle pas forcément idéal (14e). Parfaitement placé après un astucieux une-deux avec Messi quelques minutes plus tard, il n'a pu prendre sa chance face à un tacle rageur de Marco Verratti.

Griezmann a eu l'occasion de redonner l'avantage au Barça, aidé par une défense hésitante des Parisiens. Mais sa frappe croisée est venue frôler le montant. À l'image de son équipe, il s'est progressivement éteint en deuxième période. Keylor Navas a failli lui offrir un but gag, mais la chance n'a pas été du côté du Français sur un dégagement contré. 

• Dembélé, un détonateur qui a fait pschitt 

Layvin Kurzawa était prévenu, son duel face à Ousmane Dembélé pouvait être une des clés du match. Et le Barça a bien tenté de lancer son ailier au duel, mais le joueur de 23 ans n'a jamais pu faire fructifier ces ballons. Limité à quelques actions en première période, dont une balle de 2-0 facilement captée par Navas, il s'est surtout illustré par son repli défensif défaillant et à l'origine de l'égalisation parisienne de Mbappé. Seul sur l'aile gauche, à cinq mètres de Dembélé, Kurzawa a pu centrer en retrait pour Verratti, passeur décisif dans la foulée.

Ousmane Dembélé s'est montré beaucoup plus actif en deuxième période. La fatigue, et la baisse de l'intensité défensive parisienne qui en a découlé, lui ont offert plus de situations de un contre un. Toujours sans succès. Sa frappe trop écrasée n'a pas inquiété Navas (62e), ses centres ont manqué de précision et sa meilleure percée s'est soldée par un tir au-dessus (76e). L'aimant des attaques catalanes a trop souvent ressemblé à un trou noir. 

• Lenglet, spectateur impuissant 

Dans la défense coupable, il n'est pas le seul coupable. Le retour du cadre Gerard Piqué n'a ni rassuré, ni renforcé l'arrière-garde des Blaugranas. Au contraire. Aligné à ses côtés, Clément Lenglet a semblé au diapason, pour le pire. L'exemple de l'égalisation parisienne est parlant. Une intervention ratée de la tête par Piqué pour couper la déviation de Verratti, et un duel perdu presque sans bouger par Lenglet face à Mbappé (32e).

Monté inutilement pour tenter de bloquer une solution de passe, Lenglet a joué les spectateurs sur le deuxième but de son compatriote. Au marquage de Marquinhos sur la troisième réalisation parisienne, il n'a pu qu'effleurer le ballon destiné à la tête de Moïse Kean. Enfin, il a été éliminé avant même la ligne médiane pour offrir un trois contre deux aux Parisiens, transformé par Mbappé. Une soirée à oublier pour le défenseur français. 

-

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.