Ligue 2 : le SC Bastia "condamne toute forme de racisme" après les insultes proférées à l'encontre d'un joueur de Bordeaux

La fin de match entre Bordeaux et Bastia, samedi, avait été marquée par une échauffourée et l'expulsion du Bastiais Migouel Alfarela et du Bordelais Malcom Bokele, lequel avait ensuite été l'objet d'insultes racistes sur les réseaux sociaux.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Malcom Bokele lors de Bordeaux-Bastia, au Matmut Atlantique, le 8 avril 2023. (GUILLAUME BONNAUD / MAXPPP)

Le Sporting club de Bastia réagit. Trois jours après le match qui l'avait opposé à Bordeaux, pour le compte de la 30e journée de Ligue 2, conclu par une défaite (2-0) et quelques tensions entre les deux groupes, le club corse a pris la parole. Après le communiqué des Girondins de Bordeaux, qui avaient dénoncé samedi des propos racistes à l'encontre de l'un de ses joueurs, Malcom Bokele, le club Corse a tenu à préciser, mardi 11 avril, via un communiqué, qu'il "condamne de manière claire et nette toute forme de racisme ou de discrimination comme il l'a toujours fait".

Toutefois, "le Sporting ne peut laisser salir son image par la communication ambiguë de Bordeaux qui laisserait penser que des joueurs, des membres du staff ou des supporters présents au stade aient proféré des insultes racistes". 

Des menaces sur les réseaux sociaux

Une volonté de ne pas se "laisser salir" qu'a souligné l'actuel cinquième de Ligue 2, qui "se réserve le droit d'engager immédiatement des poursuites judiciaires contre toute personne mettant en cause le Sporting Club de Bastia".

Samedi, la fin de match entre Bordeaux et Bastia s'était terminée dans le chaos et par l'expulsion de Bokele et du joueur corse Migouel Alfarela à la suite d'une échauffourée. Dans la soirée le club Girondin avait annoncé qu'il envisageait "des poursuites (...) pour que les faits survenus ce jour ne restent pas impunis", avant de préciser à l'AFP qu'il s'agissait d'insultes proférées sur les réseaux sociaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.