Cet article date de plus de quatre ans.

Des heurts et des blessés à Ajaccio en marge du derby ajaccien

Quatre policiers et gendarmes ont été légèrement blessés vendredi soir, pris à partie par une quarantaine de supporters de l'AC Ajaccio en marge d'une rencontre avec le Gazélec (4-1), a annoncé la préfecture de Corse.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Les violences ont commencé "avant même le début du match", lorsqu'un "véhicule de police a d'abord fait l'objet de prise à partie et de dégradations légères alors même qu'il assurait la sécurisation du bus des joueurs", a relaté le préfet Bernard Schmeltz dans un communiqué. Durant le match, après l'exclusion de Lippini à la 36e minute, des supporters ont jeté des fumigènes sur la pelouse, puis au deuxième but du Gazélec, y ont envoyé un fauteuil de stade, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Un stadier, qui tentait de s'interposer, a été légèrement blessé, tout comme une supportrice, qui a dû être transportée en milieu hospitalier", a poursuivi le préfet, qui indique "condamner avec la plus grande fermeté"ces violences. "Alors que la partie n'était pas terminée, un groupe de supporters de l'ACA, tous encagoulés, a quitté la tribune visiteurs et a tenté de s'introduire, par la force, dans plusieurs tribunes fréquentées par les supporters du GFCA", a-t-il ajouté. "Devant le stade, ils ont ensuite délibérément et très violemment pris à partie les forces de l'ordre (...) De nombreux blocs de béton et des objets métalliques ont notamment été projetés, de manière tendue, contre les policiers et les gendarmes", a-t-il expliqué.

Un groupe de supporters de l'AC Ajaccio exclu

Les forces de l'ordre ont répliqué avec du gaz lacrymogène, tandis que le public était retenu quelques minutes à l'intérieur du stade, pour assurer la sécurité de la sortie. Suite à ces incidents, la direction de l'AC Ajaccio a décidé d'exclure de façon "définitive" l'un de ses groupes de supporters, Orsi Ribelli, et condamné le "comportement inqualifiable de certains".

Mi-novembre, un bus de supporters strasbourgeois, en déplacement à Ajaccio, avait déjà été caillassé. "Nous avons dit que nous ne tolérerions pas le hooliganisme au sein de notre club", ont souligné les dirigeants dans un communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 2

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.