Une semaine avant la reprise de la Ligue 1, les footballeurs sans contrat de l'UNFP cherchent toujours un club

Tous les étés l'Union Nationale des footballeurs professionnels organise des matchs amicaux pour aider les joueurs sans contrat à trouver un nouvel employeur. 

Un joueur de l\'UNFP lors d\'un match amical contre l\'équipe de Valenciennes, le 2 juillet 2016. 
Un joueur de l'UNFP lors d'un match amical contre l'équipe de Valenciennes, le 2 juillet 2016.  (THOMAS LO PRESTI / MAXPPP)

Tous les footballeurs ne sont pas autant courtisés que Neymar ou Mbappé! À chaque fin de saison, 150 joueurs se retrouvent sans contrat en France. Pour les aider l'UNFP, l'Union Nationale des footballeurs professionnels, organise chaque été des stages et des matchs avec son équipe de "chômeurs" pour les mettre en avant. "Le but c'est qu'il puisse retrouver un employeur dès la reprise du championnat", explique Philippe Piat, co-président de l'UNFP. 

Garder la forme sans club 

Pour espérer parapher un contrat dans un club, les joueurs doivent "être en condition physique suffisante", explique-t-il d'où l'intérêt des entraînements organisés par l'UNFP et des matchs face à des clubs professionnels. "Il faut que ce soit des matchs avec du répondant. Si c'est pour jouer contre des petites équipes, ça n'a pas de valeur. Il faut jouer contre des pros et c'est comme ça qu'on peut remettre les joueurs à niveau." 

En tribune pendant ces rencontres particulières, des recruteurs prennent place, à la recherche d'une opportunité. "Certains joueurs qui n'ont pas de contrat ne sont pas chers puisqu'il n'y a pas d'indemnité de transfert à payer, et donc il devient intéressant de les recruter", explique Philippe Piat qui estime qu'à peu près 50% de ses joueurs retrouvent un emploi à l'issue de l'été. 

Certains ne retrouvent pas de club 

Lorsque le championnat démarre, certains joueurs de l'UNFP restent sans employeur et n'ont plus qu'une solution. "Ils s'inscrivent au chômage", assure Philippe Piat. "Ils sont rémunérés comme tout citoyen sur une partie de leur salaire avec un plafond."  Une situation délicate pour ces carrières courtes, et souvent méconnue par l'opinion publique regrette le co-président de l'UNFP. "Quand les gens découvrent qu'il existe un syndicat de joueurs, ils sont étonnés."

On n'a pas conscience qu'il existe des footballeurs professionnels au chômagePhilippe Piatà franceinfo

L'Union Nationale des footballeurs professionnels estime que "malheureusement, il y a énormément de joueurs qui sont en difficulté. D'autant plus que souvent, les réglementations sportives sont juridiquement critiquables, les joueurs ont besoin de leur syndicat parce que ce sont des salariés, il y a pas de raison qu'ils aient un sort différent des autres personnes".