Cet article date de plus d'un an.

Triplé de Benedetto, Rennes ne lâche pas le podium... le récap' de la 27e journée

Le Top 6 a tenu son rang, Dario Benedetto s'est offert son tout premier triplé sous le maillot marseillais, Mbappé, Ben Yedder et Dembélé ont également marqué... les buteurs ont assuré. Au classement, Rennes reste accroché au podium tandis que Toulouse continue de sombrer. Ce week-end de Ligue 1 a été riche en enseignements. On fait le bilan de cette 27e journée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.

Le derby qui fait mal : Saint-Etienne s'enlise encore un peu plus

A l'instar de l'Olympique Lyonnais après sa victoire face à la Juventus Turin en Ligue des champions, Saint-Etienne aurait pu profiter de ce derby toujours brûlant pour avoir un électrochoc et lancer son sprint final. Il n'en a rien a été. Dominés outrageusement en première mi-temps (22 % de possession), asphyxiés par la qualité technique des Lyonnais, les Verts ont fini par craquer (2-0). Toujours en vie grâce à deux buts refusés à l'OL, l'ASSE a montré de bien meilleures choses en seconde période, mais le constat est implacable : Saint-Etienne n'y arrive plus et flirte dangereusement avec la zone rouge. Avec 5 défaites (et un nul) sur leurs six derniers matches de Ligue 1, les Foréziens sont 16e à seulement deux points de Nîmes, premier barragiste.

La règle de trois : Celle de Pipa

Fallait-il des rumeurs mercato annonçant, encore, un nouvel attaquant à l’OM la saison prochaine pour réveiller l'orgueil de Dario Benedetto ? Face à Nîmes, l’Argentin a fait la peau aux Crocos en inscrivant son premier triplé sous le maillot olympien. Le numéro neuf marseillais a marqué sur ses trois uniques tirs pour offrir la victoire aux Marseillais et confirmer son statut de meilleur buteur du championnat, à l’extérieur. Oui, Benedetto a inscrit 9 de ses 11 buts cette saison loin de la pelouse du Vélodrome. L’attaquant argentin a même ouvert une petite page d’histoire ce week-end : avec ses neuf réalisations, “Pipa” égale JPP "à ce stade de la compétition" précise Opta. Aucun autre joueur de l’OM n’a autant marqué à l’extérieur dans l’histoire du club sur une saison.

La décla de Max Alain-Gradel : "On a l’impression de jouer à 13 contre 11"

Toulouse se dirige tout droit vers la Ligue 2 et l’ambiance générale est au plus bas. Après la 20e défaite des siens, le capitaine toulousain Max-Alain Gradel n’a pas apprécié le comportement de ses supporters : "On voulait les trois points, on n'a pas fait ce qu’il fallait. Mais là je suis encore plus dégoûté et frustré par la réaction des supporters. Quand on est supporter on ne supporte pas des dirigeants ou des joueurs, on supporte le club. On a l’impression de jouer à 13 contre 11. Même des joueurs de l’équipe adversaire en rigolent. Il y a un troisième but annulé par la VAR et il y a nos supporters qui criaient : “et 1 et 2 et 3 zéro !”. C’est difficile à avaler. Je suis très frustré, franchement aujourd’hui on a l’impression qu’ils nous ont lâchés. Et s’ils pensent qu’ils font ça contre les dirigeants il faut savoir que les premiers affectés, c’est nous sur le terrain".

L'amoureux de l'Europe : Rennes

En déplacement sur la pelouse de la lanterne rouge, le Stade Rennais a fait le boulot. Mieux encore, si le fond de jeu n’était pas exactement au niveau, le club de Julien Stéphan a prouvé qu’il fallait compter durablement sur lui pour la course à la Ligue des champions. Même si l’adversaire était loin d’être redoutable – Toulouse a enregistré une 20e défaite en 27 journées – il fallait s’imposer en terrain hostile. Ce qui a été fait, d’entrée de jeu, sur un lob subtil de Benjamin Bourigeaud (3e). S’en sont suivies plus de 80 minutes poussives avant que le club breton ne se mette définitivement à l’abri grâce à une belle boulette de Roberto Goicoechea profitant au jeune Faitout Maouassa. Et voilà le Stade Rennais ancré à une belle et méritée troisième place.

La stat' : Moussa Dembélé, serial buteur

Mais qui peut arrêter Moussa Dembélé ? En 2020, pas grand monde. Après cinq matches sans trouver le chemin des filets, l'attaquant lyonnais a inscrit 12 buts toutes compétitions confondues depuis le passage à la nouvelle année. Et ce dimanche soir, le Français de 23 ans a encore frappé, dégoûtant l'AS Saint-Etienne en marquant les deux seuls buts du derby. Il a commencé par ouvrir le score d'une tête à bout portant faisant suite à un coup franc de Martin Terrier (27e) avant de s'offrir le luxe d'une panenka sur penalty en toute fin de rencontre (90e+6), mettant fin à ce Lyon-Sainté à sens unique qui propulse le club rhodanien dans le Top 5 de Ligue 1. Troisième du classement des buteurs (16), il n'est devancé que par un certain Kylian Mbappé en 2020. Oui, il évolue décidément dans la cour des grands.

La bonne affaire : Montpellier

Un grand ouf de soulagement pour les Montpelliérains. Les Héraultais, qui restaient sur deux défaites de rang sans marquer le moindre but, se sont remis dans le droit chemin en s’imposant largement sur leur pelouse contre Strasbourg (3-0). Le grand artisan de cette victoire ? Téji Savanier, auteur de l’ouverture du score sur penalty (57e) et d’une superbe frappe axiale des 20 mètres moins de dix minutes plus tard (65e). Mais le résultat aurait pu être bien moins clinquant si Geronimo Rulli n’avait pas sorti plusieurs parades de grande classe pour permettre à Montpellier de se livrer en toute confiance. Quoi qu’il en soit, le résultat est là, et le MHSC s’accroche au Top 5, à égalité avec Lyon, 5e dimanche soir, mais en passant devant Monaco au goal-average. 

Le coup dur : Amiens

S’il y avait bien une rencontre à gagner, c’était celle-ci. Opposés à Metz, à domicile, et sans Habib Diallo en face (12 buts cette saison), les Amiénois ont perdu gros dans leur lutte pour le maintien. D'autant plus qu'après quatre matches sans victoire, leurs adversaires étaient loin de se présenter en favori sur la pelouse du stade de la Licorne. Mais Farid Boulaya n'était pas de cet avis. Sa frappe enroulée des 16 mètres, d'une précision chirurgicale, n'a laissé aucune chance à Régis Gurtner (26e). Fantomatiques et apparemment paralysés par l'enjeu, les joueurs de Luka Elsner n'ont que trop rarement réussi à se montrer dangereux. Une aubaine pour les Messins, qui en ont profité pour se hisser à la 15e place, quatre unités devant la zone rouge, avant de s'apprêter à affronter trois autres concurrents directs pour le maintien (Nîmes, Toulouse et Brest) lors des prochaines journées de championnat. 

Avec Adrien Paquier. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.