Cet article date de plus de six ans.

Tribune fermée : Nice s'en remet au CNOSF

L'OGC Nice passera mercredi devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) pour contester la fermeture partielle de l'Allianz Riviera, infligée par la Ligue (LFP) pour des violences survenues lors du match contre Evian-Thonon-Gaillard (2-2), a indiqué le club azuréen lundi. Nice a saisi le CNOSF pour "faire valoir ses droits et défendre ses supporters" après la fermeture à titre conservatoire de la Populaire Sud, la tribune la plus chaude de son stade, en attendant que la commission de discipline de la LFP prenne une décision concernant les incidents survenus le 4 avril dernier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Cette fermeture de la Tribune Sud sera effective dès le match de la 33e journée de Ligue 1 contre le Paris-SG, le 18 avril, ainsi que pour celui de la 35e journée contre Caen, le 2 mai. Lors du match nul face à l’ETG (2-2), le président du club Jean-Pierre Rivère et son directeur général Julien Fournier avaient été contraints de quitter le stade à la demande des responsables de la sécurité.

Ce dossier a été placé à l'instruction et sera examiné sur le fond le 6 mai par la commission de discipline de la LFP. Les mesures prises à titre  onservatoire n'étaient pas "susceptibles d'appel". S'estimant "privé d'appel et de son droit fondamental de se défendre" et  "victime d'un acharnement aveugle", le club s'est donc tourné, comme il l'avait  annoncé, vers le CNOSF. Le club azuréen a déjà été sanctionné depuis août de trois fermetures du  fameux virage, d'un huis clos total et de près de 200.000 euros d'amende.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.