Cet article date de plus de deux ans.

Tour de France de la Ligue 1 : Metz veut s'y installer pour de bon

Promu pour la troisième fois depuis 2014 en Ligue 1, le FC Metz veut stopper l’ascenseur permanent avec la deuxième division. Contrairement aux montées précédentes, le club lorrain n'a pas vendu ses meilleurs joueurs durant l'été et peut croire au maintien. Focus.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.

Champion de Ligue 2 en 2014 et 2019, troisième en 2016, le FC Metz est un habitué des montées en Ligue 1 ces dernières années. Mais aussi des descentes : 2015 et 2018. Coutumiers du yoyo, les Messins doivent enfin s'ancrer dans l'élite, comme ils avaient réussi à le faire entre 1967 et 2002. "J’espère que cette année sera une année de tranquillité du moins au niveau du classement et qu’on puisse s’y installer", a confié Carlo Molinari, son président d'honneur. Pour ce faire, les dirigeants ont misé sur la stabilité. 

• Bilan de la saison 2018-2019 : impérial 

Pas de fioriture. Voici comme on pourrait qualifier la saison passée du FC Metz, dirigé par Frédéric Antonetti. Tout juste descendu de Ligue 1, le club lorrain n'a pas tardé à la retrouver. Une domination sans conteste sur la Ligue 2 avec une place de leader occupée de la deuxième journée au terme du championnat. Les Grenats se sont offert le luxe de célébrer leur titre en toute quiétude en le validant à trois journées de la fin. 

Deuxième meilleure attaque, deuxième meilleure défense, Metz a marché sur la Ligue 2 grâce à un collectif bien huilé. Sept joueurs avaient même été nommés dans le onze type de la saison. En premier lieu, Habib Diallo. L'attaquant formé au club a marqué 26 buts, ce qui le place deuxième meilleur buteur de la saison. Une saison d'autant plus réussie avec les problèmes personnels de son entraîneur. En décembre, Frédéric Antonetti avait été contraint de gérer son groupe à distance, étant au chevet de sa femme en Corse. 

• Le mercato : on ne change pas une équipe qui gagne

Le FC Metz a opéré différemment par rapport aux dernières montées en Ligue 1. En 2014 et 2016, après avoir été promus, les Grenats vendaient leur meilleur buteur en raison d'offres intéressantes (Diafra Sakho vers West Ham en 2014 et Yeni Ngbakoto aux Queens Park Ranger en 2016). Cet été, le club mosellan a conservé son ossature offensive. Habib Diallo est resté, tout comme Ibrahima Niane (10 buts l'an passé). Opa Nguette, qui était en fin de contrat, a lui prolongé permettant à Metz de garder son trio d'attaque. 

Au delà du front d'attaque, les Graoullys ont maintenu leur effectif intact. Ils n'ont lâché aucun joueur majeur. Ils ont aussi attiré quelques renforts, surtout des jeunes : Victorien Angban en provenance de Chelsea, Thierry Ambrose prêté par Manchester City, Kevin N'Doram ou encore Habib Maïga, prêté l'an passé puis acheté cet été. L'autre changement principal se situe dans le staff. Frédéric Antonetti, pour les raisons évoquées plus haut, a cédé sa place d’entraîneur à Vincent Hognon. Antonetti est désormais manager général du club. 

• La forme actuelle

La préparation des Grenats n'a pas été des plus réussies. Quatre matches : une victoire, deux nuls et une défaite. Ils n'ont marqué que trois buts sur ces rencontres amicales. Toutefois, ils ont réussi à accrocher Amiens, club de Ligue 1. Mais ont été défaits par Reims, le champion de Ligue 2 2017-2018. 

• Les joueurs à suivre

Habib Diallo. Le Sénégalais va redécouvrir la première division trois ans après. A l'époque, il débutait dans le monde professionnel. Après des prêts à Brest, Diallo a mûri pour devenir le deuxième meilleur réalisateur de la Ligue 2 en 2018/2019. Alors cette année est celle du tremplin pour le jeune attaquant de 24 ans qui a prolongé jusqu'en 2022. Formé au club, passé par Génération Foot, l'académie lancée par Metz à Dakar, Diallo peut suivre le chemin heureux de ses compatriotes avec Metz. Avant lui, plusieurs Sénégalais ont fait les beaux jours du club lorrain avant de briller à un niveau plus élevé : Sadio Mané, aujourd'hui champion d'Europe avec Liverpool, Ismaïla Sarr, Diafra Sakho ou encore Papiss Cissé. 

Opa Nguette. Lui aussi Sénégalais, il ne provient pas de Génération Foot. Arrivé à Metz en 2016, il sort d'une belle saison après un exercice 2017-2018 difficile. Prolongé, Nguette doit prouver à ses dirigeants que son rendement offensif peut encore être amélioré. "Je pense avoir franchi un palier la saison dernière. J’ai joué régulièrement, je n’ai pas eu trop de pépins physiques par rapport aux autres années. Les points que je dois améliorer, je les connais. Le but, c’est d’y parvenir. Et d’améliorer ces fameuses statistiques", a confié le joueur de 25 ans au Républicain Lorrain. 

La défense. C'est bien simple, avec l'arrivée de Fabien Centonze en provenance de Lens, le FC Metz dispose de la défense du onze type de la saison passée. Avec Thomas Delaine, John Boye et Stoppila Sunzu, l'équipe messine avait été impériale face aux attaques adverses. Face à des joueurs d'un autre calibre, reste à savoir si cette défense peut faire face. 

• Les ambitions pour 2019/2020 : la stabilité pour le maintien

Son dernier passage en Ligue 1 avait été un calvaire : 6 victoires, 24 défaites. Metz veut oublier et passer à autre chose. L'objectif est d'entamer un nouveau cycle. Le club messin a donc mis le paquet à plusieurs niveaux. Tout d'abord, un nouveau centre d'entrainement, à hauteur de 30 millions d'euros. Le Stade Saint-Symphorien fait aussi l'objet de travaux afin d'être agrandi. 

Car sans doute, le FC Metz veut prolonger l'aventure en Ligue 1 au-delà d'une saison. Avec un effectif quasi inchangé, une ligne d'attaque conservée, les Messins veulent surfer sur la dynamique de l'année passée. Du jeu, une défense de fer, tout semble réuni pour qu'ils imitent Reims et Nîmes, promus en 2018 et maintenus en Ligue 1. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.