"On ne sait jamais ce qui nous attend" : un agent de joueur de football raconte comment il va gérer la dernière journée stressante du mercato

Philippe Nabé, qui est notamment l'agent d'un joueur d'Arsenal, raconte a franceinfo comment il s'apprête à vivre cette dernière journée de mercato. 

Un joueur de football professionnel. (Illustration). 
Un joueur de football professionnel. (Illustration).  (MICHEL CLEMENTZ / MAXPPP)

Lundi soir à minuit, il sera trop tard ! Le marché des transferts en football se clôt mardi 2 septembre à minuit pile. Durant les dernières heures, les clubs vont tenter de faire leurs dernières emplettes pour acheter ou vendre des joueurs. Au milieu de cette dernière ligne droite, les agents de joueurs vont vivre une dernière très longue journée. 

Une journée particulière et stressante 

Cela fait neuf ans que Philippe Nabé est agent de joueurs. Malgré son expérience, il l'avoue, la dernière journée du mercato est toujours très spéciale. "C'est beaucoup d'énergie pour parfois pas grand-chose à l'arrivée. C'est pour ça que quand on finalise quelque chose, c'est une grande satisfaction, affirme-t-il. À titre personnel, il y a une forme de stress tant que l'approbation n'est pas terminée". 

Philippe Nabé est notamment l'agent du milieu de terrain Matteo Guendouzi d'Arsenal. Il n'est pas un grand fan du dernier jour des transferts qui ne laisse pas toujours de bons souvenirs avec des ventes qui s'annulent au dernier moment. 

Ça m'est déjà arrivé de passer 72 heures devant un hôtel à Milan en attendant que le transfert se fasse et finalement le transfert ne s'est pas fait pour diverses raisons. Ce n'est pas très agréable mais ça fait partie de la réalité du métier d'agentPhilippe Nabéà franceinfo

Cependant, cette dernière journée de mercato peut s'annoncer lucrative pour un agent, en cas de transfert. Philippe Nabé se tient d'ailleurs prêt, il sait qu'à tout moment lui et un de ses joueurs peuvent sauter dans un avion ou un train en urgence pour parapher un contrat. "On ne sait jamais ce qui nous attend. Il peut y avoir des urgences, des retournements de situations. Il faut vraiment être prêt à tout et être très réactif", poursuit-il. L'essentiel reste de boucler l'affaire avant minuit sinon il faudra attendre la prochaine fenêtre de vente en janvier 2020. 

Le reportage de Bruno Salomon sur la fin du mercato de football
--'--
--'--