Cet article date de plus d'un an.

Noël Le Graët devance la LFP et entérine la fin de la saison de la Ligue 1 et de la Ligue 2

Dans une interview accordée au Télégramme, Noël Le Graët a annoncé que la saison 2019-2020 de football prenait fin. Suite aux annonces du Premier ministre Édouard Philippe à l'Assemblée nationale, le président de la Fédération française de football a annoncé au Comité exécutif que la Ligue 1, la Ligue 2, le National et la D1 féminine n'iraient pas à leur terme. En informant de cette décision, Le Graët devance la Ligue de football professionnel, qui a annoncé qu'elle prendrait une décision définitive jeudi.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.

Le bras de fer entre la Fédération française de football et la Ligue de football professionnel (LFP) est lancé. Alors que le Conseil d'administration de cette dernière annonçait ce mardi soir dans un communiqué que "le Bureau du Conseil d'administration se réunira le 30 avril pour étudier les conséquences sportives et économiques des mesures annoncées par le Premier ministre", Noël Le Graët a pris les devants. Dans une interview accordée au Télégramme, le président de la FFF a annoncé lui-même l'arrêt définitif de la saison 2019-2020 du football français. Dans le quotidien breton, Le Graët précise que "la Ligue 1 et la Ligue 2 ne démarraient pas, que le National ne démarrait pas non plus ni la D1 féminine. Ces quatre compétitions sont définitivement arrêtées pour la saison 2019-2020."

La cacophonie des organes de communication débute donc entre les deux instances. La LFP, dirigée par Nathalie Boy de la Tour, est chargée de gérer les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 mais dépend de la FFF, ce qu'a rappelé Le Graët dans l'interview : "Il ne s'agit pas de prendre la main (sur la LFP, ndlr). La ligue a une délégation de pouvoir de la fédération, qui est chargée d'appliquer les textes, ce qu'elle fait. (...) Il y aura sûrement des discussions à la Ligue puis un Comex de la fédération. C'est la fédération qui décide en dernier ressort". Quelles que soient les positions qu'adopteront le Bureau du Conseil d'administration de la LFP jeudi, la décision de la FFF semble donc prise : le football français ne reprendra pas cette saison.

Toulouse et Amiens devraient être relégués en Ligue 2

Le président de la FFF a annoncé que les règlements concernant les descentes et les promotions dans les différents championnats seraient appliqués. "Il devrait donc y avoir deux montées de National vers la Ligue 2, la Ligue 2 devrait avoir deux descentes et deux montées et donc deux descentes de Ligue 1 car je ne vois pas comment on pourrait faire des barrages." Toulouse et Amiens descendraient donc en Ligue 2, tandis que Lorient et Lens remettraient les pieds en Ligue 1. Le Mans et Orléans devraient être relégués en National, quand Pau et Dunkerque seraient promus en Ligue 2. Quant au Gazélec Ajaccio et à Toulon, ils descendraient en National 2.

Concernant les qualifications européennes, Le Graët a précisé que "c'est la dernière journée qui comptera", mais celle jouée complètement. Dans ce cas, c'est la 27e journée de Ligue 1 qui devrait permettre de déterminer les qualifiés pour la Ligue des champions et la Ligue Europa. Le PSG, l'Olympique de Marseille et le Stade Rennais seraient donc qualifiés pour la Ligue des champions, tandis que Lille et Lyon participeraient à la Ligue Europa. En revanche, un doute persiste concernant la place occupée par Montpellier, 6e de Ligue 1 à l'issue de cette 27e journée. Saint-Étienne pourrait en effet prendre la place des Héraultais, comme l'a précisé le président de la FFF, "si la Coupe de France, qui est prioritaire, peut se jouer, et si Saint-Étienne l'emporte" contre le PSG. Dans ce cas de figure où le classement à la 27e journée prévaudrait, la 28e journée ne serait pas prise en compte, alors que seul le match entre le PSG et Strasbourg n'avait pas été joué. À l'issue de la 28e journée, Reims et Nice occupaient les places qualificatives pour la Ligue Europa et pourraient s'estimer lésés par cette situation.

Nouvelle réunion de la LFP jeudi

La finale de la Coupe de France, déjà reportée en raison de l'épidémie du nouveau coronavirus, devrait à nouveau être reprogrammée début août comme l'espère Noël Le Graët. Car s'il a entendu les annonces faites par le Premier ministre Édouard Philippe lors de la séance de mardi après-midi à l'Assemblée nationale, le président de la FFF n'a pas véritablement compris la position du gouvernement concernant la reprise du sport. En effet, Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, a annoncé dans la foulée des déclarations du Premier ministre, que le sport pourrait reprendre en août, à huis clos. "Nous avons posé la question par courrier à la ministre des Sports", déclare Le Graët dans l'interview au Télégramme.

Un temps envisagée, l'idée d'une reprise de la saison 2019-2020 à l'automne a donc été écartée, car elle supposait de débuter la saison suivante en janvier ou février 2021. Un calendrier incompatible avec celui imposé au niveau européen. "Par rapport à l'UEFA, c'est impossible", a expliqué Le Graët. Alors que l'incertitude régnait autour d'une possible reprise des championnats de football, le président de la FFF a donc décidé de prendre les choses en main et de devancer la LFP. Et ce, même si la FFF a publié un communiqué ce mardi soir, qui explique qu'elle "invite la LFP à lui faire part dans les meilleurs délais des conséquences sportives qu'elle entend tirer de la situation". La LFP, qui doit à nouveau discuter de l'issue de la saison jeudi, sentira probablement la pression du président Le Graët. Et se demander si les décisions qui seront prises lors du Bureau du Conseil d'administration pèseront réellement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.