Ligue 1 : Tenu en échec à Rennes, le PSG laisse filer deux points cruciaux dans la course au titre

Auteur d'une première période convaincante, le PSG a une nouvelle fois sombré en seconde à Rennes, et laisse filer deux points capitaux dans la course au titre (1-1).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Neymar et les Parisiens ont été accrochés par le Stade Rennais lors de la 36e journée de Ligue 1, le 9 mai 2021 (1-1). (FRED TANNEAU / AFP)

Et si le PSG venait de tout perdre en l'espace d'une semaine ? Eliminé en demi-finale de Ligue des champions mardi par Manchester City, les Parisiens n’ont pu faire mieux qu’un match nul sur la pelouse de Rennes en clôture de la 36e journée de Ligue 1 (1-1). Tout avait pourtant bien commencé pour le PSG, qui a pris l’avantage juste avant la mi-temps sur un penalty litigieux transformé par Neymar. Mais comme trop souvent cette saison, les Parisiens se sont éteints en seconde période. Il n’en fallait pas plus pour que le Stade Rennais, séduisant et dominateur, n’arrache un point précieux dans la course à l’Europe grâce à l'égalisation de Serhou Guirassy. De son côté, le PSG fait la mauvaise opération et laisse Lille prendre trois longueurs d’avance à deux journées de la fin du championnat.

Un penalty généreux pour Paris

Au Roazhon Park, le PSG a pourtant cru que la réussite allait enfin lui sourire quand, juste avant la pause, les Parisiens ont obtenu un penalty très litigieux, comme Lille à Lens vendredi. On joue alors la 45e minute d’un vrai beau match de Ligue 1 entre Rennes et le PSG, qui se rendent jusqu’ici coup pour coup. Et puis arrive l’action qui fait basculer le match en faveur du PSG, croit-on. Côté gauche, Angel Di Maria adresse un énième centre. A la tombée, Layvin Kurzawa s’envole, parallèle à la pelouse. L’idée est belle, la réalisation un peu moins : son ciseau se perd dans le ciel rennais.

Un ciel qui tombe pourtant sur la tête des Bretons. Car Kurzawa reste au sol : dans son élan, le Parisien est venu fracasser son tibia sous la semelle d’Aguerd qui tentait de le contrer. Un geste fréquent, a priori non répréhensible. Sauf que Rudy Buquet stoppe les débats et consulte le VAR, avant de désigner le point de penalty dans la stupeur générale. Neymar garde son calme et exécute la sentence (1-0, 45e).

"Sur l’action, pour moi il défend, c’est lui (Kurzawa, NDLR) qui vient frapper sur son pied. Si on ne peut plus contrer l’attaquant qui va frapper, c’est compliqué de défendre !", déplorait, incrédule mais lucide, le défenseur rennais Damien Da Silva à la pause au micro de Canal+. Mais le mal était fait, et sur ce fait de jeu, le PSG a viré en tête à la pause. Un petit miracle, après une première période rythmée, enlevée et dominée par le Stade Rennais.

Bien en place, les Bretons ont regardé Paris droit dans les yeux, même s’ils ont souvent peiné dans le dernier geste, à l’image de Guirassy face à Navas dès la première minute. C’est toutefois le PSG qui s’est procuré les meilleures opportunités du premier acte, emmené par un Neymar impliqué, mais pas assez appliqué. Et quand Kean a fini par faire trembler les filets, le ballon était sorti d’un rien sur le centre de Dagba. 

Des Bretons taille patron

Entre le penalty et un contact plus que litigieux entre Danilo Pereira et Serhou Guirassy quelques minutes auparavant, les Rennais avaient de quoi sortir de leur match, mais les Bretons sont revenus sur la pelouse la tête froide, les idées claires, et ont repris leur entreprise face à un PSG qui s’est éteint, brusquement, même si Draxler, après un enchainement de jongles en pivot sublime, a failli faire le break. Tout comme Moise Kean, qui a enroulé juste au dessus à l’heure de jeu. Les deux seuls éclairs parisiens dans un second acte maîtrisé par les Rennais. Et après des tentatives de Jérémy Doku, Faitout Maoussa et Flavien Tait, les Bretons ont enfin été récompensés sur corner. Serhou Guirassy s’est élevé plus haut que tout le monde pour placer une tête splendide dans la lucarne de Keylor Navas (1-1, 70e).

Revenus dans la partie, les Rennais ont alors tout donné et multiplié les occasions, bien aidés par l’expulsion de Presnel Kimpembe, auteur d’un tacle beaucoup trop appuyé sur Maoussa (86e). De quoi même nourrir quelques regrets pour Rennes, qui réalise toutefois une bonne opération en revenant à un point de Marseille (5e) et Lens (6e). La course à l’Europe est relancée, et celle pour le titre est peut-être pliée puisque le PSG laisse filer Lille, qui compte désormais trois points d’avance à deux journées de la fin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.