Ligue 1 : seize personnes légèrement blessées après des incidents en marge de Montpellier - Bordeaux

En marge du match entre Montpellier et Bordeaux prévu à 19h, des échauffourés ont éclaté entre les supporters des deux équipes. Seize personnes ont été blessées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bus des Girondins de Bordeaux, mai 2020. Image d'illustration.  (NICOLAS TUCAT / AFP)

Seize personnes ont été blessées mercredi soir à Montpellier en marge du match de football de Ligue 1 qui a opposé Montpellier à Bordeaux, indique la préfecture de l'Hérault dans un communiqué. Des échauffourées ont éclaté entre les passagers d’un bus de supporters bordelais et des supporters de Montpellier, "armés de barres de fer". Les blessés ont été pris en charge par les sapeurs-pompiers du SDIS 34.

Le car des Bordelais caillassé

Les affrontements ont eu lieu à la sortie d'autoroute de Saint-Jean-de-Védas, près de Montpellier, selon les informations du journaliste de France Bleu Hérault. Le car des supporters bordelais se dirigeait vers le stade de La Mosson quand il a été caillassé par des individus alors qu'il était bloqué dans les embouteillages.

Les portes ont ensuite été ouvertes, des supporters girondins sont sortis du bus pour en découdre avec les Montpelliérains. Une bagarre générale a éclaté au bord de la route avant que les forces de l'ordre n'interviennent. Au moins 16 Bordelais ont été blessés légèrement, dont six ont été transportés à l'hôpital. Ils doivent en sortir dans la soirée avant de rejoindre la Gironde sous escorte policière.

Germain demande à en "finir avec ce type de comportements"

Valère Germain, l'avant-centre de Montpellier a réagi en conférence de presse d'après-match. Il implore tous les supporters à en "finir avec ce type de comportements qu'ils aient lieu dans les enceintes sportives ou en dehors". L'ancien joueur de l'OM a également regretté que les sanctions après l'envahissement de terrain et les heurts qui ont eu lieu lors du match Nice-Marseille du 23 août n'aient pas été beaucoup plus fortes. Selon lui, cela aurait permis "de freiner les ardeurs des supporters les plus virulents" partout en France.

Le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh, condamne "très fermement ces actes d’une grande violence". Il précise que "toutes les mesures nécessaires seront prises pour durement sanctionner et interdire de stade ces hooligans". Ce sont les enquêteurs de la police nationale qui mènent les investigations pour identifier les auteurs de ces violences.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.