Ligue 1 : retour sur les trois matches les plus renversants entre Marseille et Montpellier

Montpellier a arraché le match nul face à Marseille (3-3), samedi 10 avril, au terme d'un scénario renversant. Ce n'est pas la première fois que les deux équipes offrent un tel spectacle. Retour sur trois matches historiques entre les deux clubs.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 André-Pierre Gignac (Marseille) et Vitorino Hilton (Montpellier), le 19 janvier 2013, au stade Vélodrome. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

♦ 22 août 1998 : la remontée historique de Marseille (5-4)

Cette rencontre a constitué le scénario le plus incroyable de l'histoire de l'Olympique de Marseille. Certains ont même tendance à dire qu'il s'agit du "match du siècle". Le 22 août 1998, Marseille reçoit Montpellier, à l'occasion de la troisième journée de championnat. Très vite, les Montpelliérains prennent le dessus. À la mi-temps, ils mènent 4 buts à 0. Face à une telle humiliation, les supporters marseillais commencent à quitter les tribunes. Subitement, la rencontre prend une tournure complètement inattendue. À la 61e minute, Florian Maurice ouvre le score pour les Marseillais. Dans les minutes qui suivent, Christophe Dugarry s'offre un doublé. Puis, Eric Roy permet à l'OM d'égaliser (84e). Il faut attendre les arrêts de jeu pour que le scénario totalement dingue se produise : Laurent Blanc inscrit le but de la victoire sur penalty et offre un succès inespéré à ses coéquipiers. Rolland Courbis raconte après le match à Eurosport : "Je croise Louis Nicollin (le président du MHSC, ndlr) et Michel Mézy (le coach montpelliérain, ndlr). On se taquine. Et je leur dis : "Pas besoin de me consoler, on va gagner 5-4". Evidemment, j'y pense réellement la moitié d'une seconde." Mais la conclusion du match fait dire au technicien de l'OM : "Ce n’est même pas un exploit, c’est un miracle."

Jardin thérapeutique à l'hôpital universitaire de Lausanne (Suisse). (MAXPPP)

♦ 19 janvier 2013 : l'OM s'impose au bout du suspens

Ce samedi 19 janvier 2013, la fièvre marseillaise a une nouvelle fois frappé. Menée jusqu'à 11 minutes de la fin au stade Vélodrome, l'OM parvient finalement à arracher la victoire (3-2) en toute fin de match, grâce à un but d'André-Pierre Gignac dans le temps additionnel. Mais que ce fut dur pour les Marseillais, secoués par leurs adversaires en première période... À la mi-temps, les deux équipes sont dos à dos (1-1). À la 57e minute, après avoir trompé Steve Mandada d'une frappe entre ses jambes, John Utaka permet au MHSC de mener au score. Mais les Marseillais n'ont pas encore dit leur dernier mot. Jordan Ayew marque le but d'égalisation (79e), puis Gignac trompe le gardien héraultais d'une puissante frappe à ras de terre (90+1). "Nous avons peut-être des qualités techniques moindre par rapport à certaines équipes du championnat, mais notre coeur et notre volonté restent inégalables", avait alors déclaré Gignac au micro de Canal+. 

Une route inondée sur la commune de Saint-Pierre, à La Réunion, après le passage de la tempête Berguitta, le 17 janvier 2018. (RICHARD BOUHET / AFP)

♦ 10 avril 2021 : Montpellier arrache le point du nul dans les dernières secondes

Cette fois-ci, la roue a tourné en faveur des Héraultais. La rencontre débute parfaitement pour les locaux. Dès la 27e seconde, Andy Delort trompe Steve Mandada et inscrit le but le plus rapide de la saison 2020-2021 en Ligue 1. L'Olympique de Marseille finit par se réveiller et inscrit deux buts en l'espace de deux minutes, juste avant la mi-temps (Arkadiusz Milik et Pape Gueye). Mais au retour des vestiaires, le MHSC ne perd pas de temps et égalise à la 47e minute grâce à Gaëtan Laborde (2-2). Moins de vingt minutes plus tard, Marseille, réduit à 10 contre 11, repasse devant sur une concrétisation de Lucas Perrin (71, 2-3). Montpellier se procure alors plusieurs occasions et parvient à égaliser dans les toutes dernières secondes du temps additionnel, grâce à un deuxième but de Gaëtan Laborde. Un scénario frustrant pour les Marseillais (6e), qui ne leur permet pas de creuser l'écart au classement sur leur adversaire du jour (7e, -3 points). 

-

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.