Cet article date de plus d'un an.

Ligue 1 : Nice donne une leçon de réalisme à Strasbourg pour prendre la tête du championnat

Au stade de la Meinau, Nice a dompté Strasbourg (2-0). Dans un match qui a longtemps manqué de rythme, les hommes de Patrick Vieira ont fait preuve de réalisme pour l’emporter. Les coéquipiers de Kasper Dolberg, auteur d’un doublé, sont leaders provisoires du championnat de France.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les Niçois peuvent remercier Dolberg (JEAN FRAN?OIS OTTONELLO / MAXPPP)

Recrue phare de l’OGC Nice à l’été 2019, Kasper Dolberg a pris son temps avant de s’épanouir pleinement sur les pelouses de Ligue 1. Face à Strasbourg, dans un match plus que fermé pendant 35 minutes, le Danois a été l’éclaircie dans un match bien terne. Il faut bien dire que le Racing, orphelin de son précieux public, a lui-même donné le bâton pour se faire battre.

Sur un pressing haut des Niçois, Lionel Carole paniquait et relançait le ballon dans l’axe. Dolberg, un peu court, ne pouvait que l’effleurer mais son coéquipier, Eddy Sylvestre, se saisissait du cuir et pénétrait dans la surface où il était stoppé irrégulièrement par Lamine Koné (36e). Kasper Dolberg, ancien avant-centre de l’Ajax Amsterdam, ne tremblait pas et délivrait son équipe (0-1, 37e). Le score restait figé jusqu’à la mi-temps, après une première période hachée par les fautes et marquée par 7 avertissements. 

Au retour des vestiaires, et alors que Strasbourg se procurait quelques occasions par Waris (54e) et Ajorque, de la tête, (56e), Nice faisait le break aidé par son redoutable duo d’attaque. Sur une action anodine le long de la ligne de touche, Amine Gouiri interceptait le ballon dans les pieds de Kenny Lala. Il servait Dolberg dans la profondeur, qui profitait d'un ballon contré par Ibrahima Sissoko. L'attaquant Danois, tout en finesse, piquait le cuir par dessus Eiji Kawashima d'un ballon piqué plein de sang froid et double la mise (0-2, 59e). Tout en contrôle, à l’image d’un excellent Pierre Lees-Melou, presque parfait dans son rôle de plaque tournante du milieu de terrain, Nice conservait le score et s’installait au sommet de la Ligue 1.

Un duo redoutable

Comme face à Lens la semaine passée, un match où Nice ne s’est procuré que deux véritables occasions pour deux buts, la délivrance est venu d’un seul homme. Si Amine Gouiri avait crucifié les Artésiens, Dolberg l’a imité. Si Nice a déjà marqué 4 buts en 2 journées de Ligue 1, le contenu des matchs des hommes de Patrick Vieira laisse encore à désirer. 

Et pourtant, les Aiglons sont sur de bonnes bases, eux qui marquaient en moyenne 1,46 buts sur l’exercice 2019-2020. Des buts, pour la plupart, venus d’exploits individuels. Si cela à du bon, et prouve l’excellent recrutement niçois depuis l’arrivée du groupe Ineos, il faudra que les individualités niçoises soient au niveau toute la saison pour venir à bout de l’objectif annoncé : faire au moins aussi bien que la 6e de l’an passé. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.