Cet article date de plus d'un an.

Ligue 1 : les joueurs de Strasbourg ont entamé une "reprise physique individuelle"

Depuis ce mardi, les joueurs du Racing Club de Strasbourg ont retrouvé les terrains. Non pas pour des entraînements à proprement parler, mais pour des "séances physiques individuelles" avec un respect des mesures barrières.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (DOMINIQUE GUTEKUNST / MAXPPP)

Les joueurs de Strasbourg ont repris mardi le chemin des terrains pour des "séances physiques individuelles" où le respect des mesures barrières est le maître-mot, afin d'éviter tout risque de contamination par le coronavirus. Les joueurs du Racing ont donc été scindés en quatre groupes de six joueurs, qui s'entraînent en décalé: deux groupes s'entraînent successivement le matin, et les deux autres l'après-midi, a précisé à l'AFP le club alsacien, qui a terminé 10e du championnat interrompu par la pandémie de Covid-19.

Respect des mesures strictes

Toutes les précautions sont prises pour ces séances d'entretien physique qui se déroulent "dans le respect des mesures sanitaires", a souligné le Racing : les joueurs arrivent déjà équipés, ne passent pas par les vestiaires, sont soumis à un examen médical avec relevé de leur température corporelle et les contacts physiques sont interdits durant les séances. Celles-ci se déroulent à huis clos sur les terrains du centre de formation du club.

Les joueurs ont chacun une bouteille d'eau individuelle et ils rentrent directement chez eux à l'issue des séances, qui se déroulent les mardis et jeudis. D'autres clubs de Ligue 1 ont déjà envoyé leurs joueurs en vacances, mais Strasbourg a mis en place ces plages d'entretien physique "pour répondre à une demande des joueurs". Les hommes de Thierry Laurey effectueront ainsi ce travail physique jusqu'au 29 mai avant de partir à leur tour en vacances.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.