Ligue 1 : les deux coups de sifflet qui ont fait basculer le derby du Nord

Le derby du Nord entre Lens et Lille a rapidement basculé en faveur des Dogues, sur deux coups de sifflets déterminants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Sur ce tacle sur Burak Yilmaz, Clément Michelin écopera de son premier carton jaune lors du derby du Nord entre Lens et Lille le 7 mai 2021.  (S?BASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

Un des poncifs les plus éculés du football dit que les grands matchs se jouent sur des détails. Le derby du Nord entre Lens, en course pour la 5e place, et Lille, qui joue le titre, était-il un grand match ? En tout cas, il s’est joué sur deux détails tout sauf anecdotiques : deux décisions arbitrales qui ont fait basculer la rencontre en faveur des Lillois, et peut-être même la saison. Car à deux journées de la fin du championnat, le LOSC, vainqueur (3-0) sur la pelouse de son rival, file tout droit vers son quatrième titre de champion de France.

1Un penalty litigieux d’entrée

Le premier tournant de la soirée ne s’est pas fait attendre. On s’attendait à un derby enlevé, mais de là à voir le point de penalty désigné dès la première minute de jeu avant même que Lens n’ait touché le ballon… Et pourtant, c’est bien ce qu’a fait Clément Turpin, l’arbitre de la rencontre, sans hésiter. En cause ? Une charge conjointe des Lensois Seko Fofana et Jonathan Clauss sur Jonathan Bamba, en position de frappe à l’entrée de la surface. Sur le direct, la charge semble irrégulière. Mais le ralenti installe le doute.

En effet, il semble bien que Fofana touche d’abord le ballon, l’écartant ainsi de Bamba, avant d’attraper le pied de l’attaquant lillois. Mais le recours à la VAR n’y change rien. Sans doute que c’est la tenaille formée par les deux Lensois qui a convaincu Clément Turpin et ses assistants de ne pas changer d’avis. En tout cas, Burak Yilmaz ne s’est pas fait prier pour transformer cette offrande inespérée et mettre le LOSC sur les bons rails. En face, les visages lensois, si déterminés au coup d'envoi, se ferment brusquement. 

2L’expulsion logique de Clément Michelin

Après cette ouverture du score tombée du ciel, Lille a souffert comme rarement cette saison. Et au moment où le RC Lens se faisait de plus en plus pressant sur les buts de Mike Maignan, un nouveau coup du sort en faveur des Lillois a fait basculer la rencontre. La fameuse chance du champion ? Peut-être. En tout cas, ça y ressemble. Mais c'est surtout le résultat de l’expérience des Dogues, qui ont vite mis le pied lorsqu'il le fallait, tout en exagérant les fautes subies. C’est ainsi qu’en 9 minutes, le défenseur lensois Clément Michelin, qui a semblé perdu dans son couloir gauche, a écopé de deux cartons jaunes.

Le premier, pour une faute aussi évitable qu'indiscutable sur Burak Yilmaz, l’homme de la soirée. Le second, pour un coup de coude tout aussi incontestable sur Zeki Çelik, le latéral droit lilloise. Résultat : deux jaunes en moins de dix minutes, et une expulsion qui est venue couper les jambes des Lensois qui revenaient pourtant bien dans le match. Dans la foulée, Burak Yilmaz a inscrit le but du break venu d’ailleurs, histoire d'assommer pour de bon les Sang & Or.

Deux coups de sifflets déterminants, et que n'a pas apprécié Jean-Louis Leca, le gardien lensois. Au micro de Canal+, sa charge est claire : "Il y a juste à aller voir la caméra et on plie le débat. Le seul problème en France, c'est que quand les arbitres font une erreur, ils sont sanctionnés. Et quand ils vont voir le VAR, si leur erreur est déjugée, ils sont encore plus sanctionnés. Voilà la problème. En plus de ça, faire une erreur au bout d'une minute de jeu... Il nous plie le match avec l'expulsion".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.