Cet article date de plus d'un an.

Ligue 1 : dérogation pour passer à 10.000 refusée pour Bordeaux-Nantes

Les Girondins de Bordeaux, qui espéraient une dérogation préfectorale pour passer à 10.000 spectateurs pour la reprise de la L1 contre Nantes, ont vu leur demande rejetée par la préfecture de Gironde, ont-ils annoncé samedi dans un communiqué.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Matmut Atlantique Stadium de Bordeaux n'accueillera que 5000 personnes face à Nantes.

Les Girondins de Bordeaux n'avaient sans doute pas besoin de ça. Secoué depuis plusieurs semaines, en cause des désaccords entre les supporters et la direction, le club vient de voir refuser sa demande de dérogation pour la réception de Nantes.

 "A l'occasion de la réception de Nantes samedi 22 août à 17h00, la jauge du Matmut Atlantique reste à 5.000 spectateurs. Compte tenu de l'évolution de la situation sanitaire, la demande de dérogation permettant d'aller au-delà de la jauge réglementaire de 5.000 personnes n'a pu être obtenue pour ce match", a précisé le club.

"La jauge sera de 5.000 personnes, conformément au décret du 10 juillet", a indiqué de son côté la Préfecture de Gironde. "Il s'agit d'un match test. Il faut apprendre à vivre avec le virus. La préfecture veut un premier match exemplaire sur les aspects sanitaires avec cette jauge à 5.000 autorisée. Il permettra de tester le dispositif sanitaire mis en place à l'occasion de ce premier match avec public au Matmut Atlantique".

Une décision identique a été prise vendredi par la préfecture de Loire-Atlantique concernant le match Nantes-Nîmes, prévu pour la 2e journée le 30 août et qui sera lui aussi limité à 5.000 spectateurs. Pour l'heure, aucune demande de dérogation pour dépasser cette jauge n'a été acceptée pour la 1re journée, tandis que Nice a déjà annoncé qu'il organisera l'accueil de Lens à huis clos dimanche prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.