Cet article date de plus de deux ans.

L1/L2 : 638 interpellations sur la saison 2017-18

La saison 2017-18 de Ligue 1 et Ligue 2 a donné lieu à 638 interpellations, contre 567 lors de la précédente, a annoncé vendredi la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), le premier motif d'interpellations étant l'utilisation d'engins pyrotechniques.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le nombre d'interpellations a augmenté en 2017-2018 (PATRICK HERTZOG / AFP)

Dans le détail, 164 interpellations ont eu pour motif la pyrotechnie, 146 des faits de violences ou d'agressions, et, plus inhabituel, 123 pour des faits de non respect d'arrêtés, "que ce soit des arrêtés qui fixent une jauge maximale du nombre de supporters, un point de rendez-vous pour les supporters voire interdisent aux supporters de se rendre au stade", a déclaré le commissaire à la tête de la DNLH, Antoine Mordacq, précisant qu'il s'agit "d'incidents sur quelques clubs identifiés", notamment Bordeaux.

L'utilisation d'engins pyrotechniques a augmenté de manière très significative la saison écoulée, avec au total 2792 utilisations en L1, soit une augmentation de 64,53%, et 669 en L2 (+32,29%), selon les chiffres de la DNLH.

29 victimes hospitalisées 

"Cela s'est concentré sur des matches symboliques, notamment des anniversaires de groupes ultras avec plusieurs centaines d'engins utilisés", a expliqué Antoine Mordacq. "Mais un certain nombre de groupes ont aussi pris l'habitude de craquer des fumigènes à domicile comme à l'extérieur".

Nouveauté : la DNLH a compilé le nombre de personnes blessées à la suite de l'utilisation d'engins pyrotechniques, pour atteindre le total de 29 victimes soignées ou hospitalisées pour cette raison. Un recensement effectué "sur une base déclarative, certains sont blessés mais ne se sont pas signalés par la suite", a expliqué M. Mordacq.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.