Cet article date de plus d'un an.

Jean-Michel Aulas sur l'arrêt de la Ligue 1 : "J'ai défendu l'intérêt général"

Présent en conférence de presse ce mercredi pour présenter son nouvel attaquant, Tino Kadewere, ainsi que le responsable de la cellule de recrutement Bruno Cheyrou, le président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas est revenu sur la décision prise par le Conseil d'État, actant la fin de la Ligue 1 2019-2020. S'il ne la conteste pas, il explique avoir voulu défendre "l'intérêt général" et évoque un choix unilatéral de la Ligue.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

• La décision du Conseil d'État "acceptée" par l'OL

C'était évidemment LA question qui brûlait les lèvres des différents journalistes présents ce mercredi dans l'auditorium du Groupama Stadium. Jean-Michel Aulas et Lyon ont-ils accepté la décision du Conseil d'État prise ce mardi d'arrêter la Ligue 1 version 2019-2020 ? La réponse : oui mais... 

"Tout le monde s’accorde pour dire qu’on a arrêté beaucoup trop tôt", a expliqué le président rhodanien. "Il y a un point qui n’a pas été relevé dans cette décision du Conseil d'État : “la décision d’arrêter n’était pas une décision d’Etat”. C’était la Ligue. Il n’y a pas de cohérence entre la décision de la Ligue et les positions de l’Etat (...) Cela entraînera un certain nombre de réactions et de demandes."

"Quand on parle de l’arrêt de la Ligue 1, on parle aussi d’un manque de compétitivité dans le futur pour les clubs français. J’ai défendu l’intérêt général"

Jean-Michel Aulas a réaffirmé sa position défendue tout au long de ces dernières semaines : non, l'Olympique Lyonnais n'aurait pas uniquement défendu son intérêt personnel. Non sans envoyer quelques piques au président de la Ligue de football professionnel (LFP), Didier Quillot : "quand on regarde les 55 associations européennes de football, une dizaine en dehors de la France ont arrêté, et sans doute pas les plus importantes (Belgique, Liechtenstein…). Je réponds au président de la LFP qui m'accusait de défendre mon intérêt personnel et lui l'intérêt général. Quand on parle de l’arrêt de la Ligue 1, on parle aussi d’un manque de compétitivité dans le futur pour les clubs français. J’ai défendu l’intérêt général (...) Les décisions s’imposent à nous, les conséquences sur le fond vont être étudiées. Est-ce qu’on n’a pas été malmenés plutôt que privilégiés ? Économiquement on va s’orienter vers une situation extrêmement compliquée pour tous les clubs."

• Un mea culpa façon Aulas

Interrogé sur sa politique de communication durant cette période de crise sanitaire, où le président lyonnais a semblé être seul à pointer du doigt l'arrêt du championnat de France, Jean-Michel Aulas a fait son mea culpa. Tout du moins, à sa sauce. 

"L’opinion publique s’est, au fil des semaines, complètement retournée contre les auteurs des décisions. Je pense que j’ai pu choquer un certain nombre de gens qui ont bénéficié des décisions prises. Intérêt propre et général sont parfois mêlés. Je regrette que la Ligue comme Canal + aient pris la décision de stopper les choses. Maintenant les perdants ont toujours tort. Mais quelques fois il faut savoir prendre le temps", a-t-il ajouté, citant en exemple la cotation en Bourse des clubs français, ardemment défendue dès la moitié des années 2000 par le président lyonnais.

Et de conclure : "On verra d’ici cinq ans, dix ans, quand les sujets de fond auront été traités et les comptes des clubs vérifiés. On parle d'1,2 milliard d'euros de déficit d’exploitation pour le foot français. (...) Nous, à Lyon, le Covid nous aura coûté 100 millions d'euros."

• Quid de la fin de saison de Lyon ?

Le classement de la Ligue 1 étant officiellement arrêté, Lyon, 7e, ne pourra être qualifié pour les coupes d'Europe par ce biais-là. Mais la saison n'est pas encore finie pour l'OL avec une finale de la Coupe de la Ligue et aussi un huitième de finale retour de Ligue des champions à disputer.

"Oui, la finale de la Coupe de la Ligue peut nous ouvrir les portes du deuxième tour qualificatif de Ligue Europa", a détaillé Jean-Michel Aulas. "Sans être prétentieux, on va jouer le match retour de 8e de C1 avec la volonté de gagner et d'aller plus loin. Les quarts de finale, les demi-finales et la finale vont se jouer sur un match. Les possibilités de qualification existent aussi via ce biais là, même si ce sera compliqué."

Reste à savoir les dates de ces prochaines échéances, que Rudi Garcia, convié peu après en conférence de presse, a aussi appelé de ses voeux pour "préparer du mieux possible" son groupe pour ces rencontres décisives.

"Nous voulons organiser deux tournois pour préparer notre fin de saison"

Autre nouvelle importante : l'Olympique Lyonnais prévoit l'organisation de deux tournois dans l'été pour préparer cette fin de saison particulière. "Nous voulons organiser deux tournois pour préparer notre fin de saison, organiser des matchs pour les garçons et les filles avec le PSG (les sections masculines et féminines des deux clubs étant encore engagées en C1, NDLR). Cela se déroulera au Groupama Stadium, un tournoi de huit équipes réparties en deux groupes. On a cette idée en tête."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.