Cet article date de plus de quatre ans.

Incidents Bastia-OL: Bastia a fait appel de la défaite sur tapis vert infligée par la Ligue

Le club de Bastia a fait appel lundi de la défaite sur tapis vert que lui a infligée la commission de discipline de la Ligue après les violents incidents qui ont abouti le 16 avril dernier à l'interruption du match Bastia-OL, a-t-on appris lundi auprès de l'avocat du SCB.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Avant le coup d'envoi à Bastia, une cinquantaine de supporters corses avaient alors pénétré sur la pelouse pour s'en prendre violemment à une partie de l'équipe lyonnaise et son staff. De nouveaux incidents avaient entraîné l'interruption du match après une altercation entre le gardien lyonnais Anthony Lopes et le directeur des services généraux du SCB, Anthony Agostini., Le 20 avril, la commission avait suspendu le stade de Furiani à titre conservatoire, le temps de mener une instruction. 

Le 4 mai, le club corse avait écopé d'une défaite 0-3 sur tapis vert, après ces incidents. "Nous avons interjeté appel de cette décision du 4 mai, consistant en un match perdu par pénalité", a déclaré son avocat en marge du procès autour de ces incidents se déroulant lundi devant le tribunal correctionnel de Bastia, précisant que cet appel partiel ne porte que sur cet aspect de la sanction infligée par la Ligue. La commission de discipline de la LFP doit maintenant décider si cet appel est suspensif ou non.

Cette dernière avait également suspendu le stade de Furiani pour deux rencontres supplémentaires, après un premier match de suspension à titre conservatoire. Anthony Agostini, directeur des services généraux du Sporting Club Bastia qui comparaît devant le tribunal correctionnel de Bastia au côté de 14 autres personnes pour son implication présumée dans les échauffourées, avait quant à lui été suspendu quatre mois ferme et deux mois avec sursis de toutes fonctions officielles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.