Gaël Angoula, l'ancien footballeur "bad boy" qui s'est apaisé grâce à l'arbitrage

Après une carrière mouvementée en Ligue 1, Gael Angoula, 36 ans, s'est renconverti, il y a un an, en arbitre de National. Une métamorphose salvatrice pour cet ancien joueur nerveux au passé de "bad boy".

Gaël Angoula, ancien joueur de Ligue 1 de football reconverti dans l\'arbitrage en National, le 5 février 2016.
Gaël Angoula, ancien joueur de Ligue 1 de football reconverti dans l'arbitrage en National, le 5 février 2016. (JOSSELIN CLAIR / MAXPPP)

À l'occasion des Journées nationales de l'arbitrage (du 17 au 31 octobre), franceinfo a rencontré Gaël Angoula, 36 ans, un footballeur à la reconversion réussie. L'ancien défenseur, connu pour son tempérament impulsif et son passé de délinquant, s'est métamorphosé en devenant arbitre.

De la prison aux terrains de foot

Sur le site de la FIFA (Fédération internationale de football), la fiche de Gaël Angoula indique que le joueur, né au Havre, a déjà vécu six vies, ce qui le fait sourire : "J'ai eu une vie de hauts et de bas. J'étais un enfant un peu turbulent"

Attiré par la boxe thaïlandaise, c'est sur les rings que le Normand s'illustre d'abord. "Moi ce qui me plaisait là-dedans, c'était de pouvoir me défouler et rentrer à la maison lessivé", avant de "mal tourner", comme il le reconnaît lui-même, et d'aller en prison. "J'ai eu un petit accident de parcours à force de jouer avec le feu et le foot a été important, raconte le trentenaire. Une personne m'a tendu la main et m'a proposé un emploi-jeune [un type de contrat aidé, NDLR] au sein d'un club de championnat de France amateur dans la région rouennaise, le Football Club de Bois-Guillaume que j'ai intégré par la suite".

Fier d'être devenu arbitre

Gaël Angoula porte le maillot de Bastia, Angers, Nîmes. "J'ai eu, pendant une bonne période, pas mal de soucis au niveau de cette canalisation d'énergie. Il fallait aussi être capable d'accepter la défaite, ce que je faisais très peu au départ, reconnaît l'ancien joueur.C'est un travail que j'ai fait sur moi-même en rencontrant des spécialistes, des sophrologues. On m'a catalogué dans ces joueurs 'bad boy' alors que pas du tout".

L'an dernier, le latéral droit décide que sa reconversion se fera en crampons. Il s'oriente vers une formation d'arbitre. "Déjà je me rends compte que les règles, je ne les connaissais pas et que ça ne m'empêchait pas de contester les arbitres. Surtout, Gaël Angola, habitué jusqu'ici à travailler en groupe, se retrouve "tout seul". "Je reçois une fierté à porter le maillot d'arbitre. Déjà je ressens plus de responsabilités qu'en tant que joueur et j'ai énormément bossé pour ça donc oui, c'est une énorme fierté.  

Revenir en Ligue 1, le rêve ultime

Gaël Angoula ambitionne de retrouver l'élite de la Ligue 1, sans nom ni numéro dans son dos, avec une tenue neutre : "Si un jour j'ai la chance de pouvoir arbitrer tout là-haut, ce serait super", confie l'arbitre. "Je mesure la chance que j'ai d'être arbitre de la Fédération aujourd'hui, sans oublier ceux qui sont plus bas et 'qui galèrent'". L'ancien joueur pense à ses collègues confrontés à "ceux qui viennent pour le loisir et qui ont des comportements déviants. Il faut penser à ces arbitres-là, les jeunes ou les plus vieux, qui ont le courage d'aller prendre le sifflet et d'arbitrer, tout simplement".

Le reportage de Cécilia Arbona
--'--
--'--