Ligue 1 : Saint-Etienne se relance dans la course à la Ligue des champions

Victorieux à Nantes (1-3), les Verts reviennent à deux points de Lille, battu par le PSG (1-3). Tout se jouera lors de la dernière journée, samedi prochain.

Le Stéphanois Mevlut Erding fête son but face à Nantes, le 11 mai 2014, au stade de la Beaujoire, à Nantes (Loire-Atlantique).
Le Stéphanois Mevlut Erding fête son but face à Nantes, le 11 mai 2014, au stade de la Beaujoire, à Nantes (Loire-Atlantique). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Toute l'actualité de votre club après la 37e journée de Ligue 1, disputée samedi 10 mai, résumée en deux phrases, pas toujours sympas.

1- PSG 86 points (digne de son rang à Lille, 1-3). Déjà champions, les Parisiens battent un nouveau record : celui du nombre de points inscrits en une saison, effaçant des tablettes Lyon et ses 84 unités de 2006. Coup dur en revanche pour Yohan Cabaye, sorti sur civière, mais "sur pied dans peu de temps", selon Laurent Blanc.

2- Monaco 79 (vainqueur à Valenciennes, 1-2). Dans un match sans enjeu, les Monégasques ont assuré leur victoire à quelques minutes de la fin du temps réglementaire. Et Claudio Ranieri s'est dit "touché par les banderoles et les chants de supporters" pour le remercier de son travail au club.

3- Lille 68 (battu par Paris, 1-3). Après treize matchs sans défaite, les hommes de René Girard cèdent face au champion et voient leur place sur le podium menacée par Saint-Etienne. "C'est embêtant", reconnaît le coach.

Le Parisien Marquinhos a inscrit l\'un des trois buts parisiens face à Lille.
Le Parisien Marquinhos a inscrit l'un des trois buts parisiens face à Lille. (DENIS CHARLET / AFP)

4- Saint-Etienne 66 (solide à Nantes, 1-3). Assurés de finir au moins quatrièmes, les Verts pourront même se qualifier pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions s'ils battent Ajaccio et que Lille ne gagne pas à Lorient, samedi prochain.

5- Lyon 58 (surpris par Lorient, 0-1). "On a commencé la saison dans la difficulté, on finira dans la difficulté", soupire l'entraîneur Rémi Garde, dont l'équipe a fini à 9 joueurs contre 10. "On se fait avoir cette saison, les arbitres font tout pour nous entuber", s'emporte même l'attaquant Alexandre Lacazette, avant un déplacement important à Nice.

6- Marseille 57 (tenu en échec à Bordeaux, 1-1). La soirée aurait pu être excellente pour les Olympiens, qui ont mené en Gironde. Elle n'a été que bonne : les Marseillais peuvent encore viser la cinquième place, avant d'accueillir Guingamp.

7- Bordeaux 52 (toujours solide à domicile face à Marseille, 1-1). Cela fait 37 ans que Marseille n'a pas gagné à Bordeaux ; la série se poursuit. "On aurait pu l'emporter", estime même l'entraîneur Francis Gillot, qui a annoncé son départ.

8- Lorient 49 (vainqueur à Lyon, 0-1). Septième match consécutif sans défaite pour Lorient. "Très appliqués et impliqués", selon leur coach Christian Gourcuff, les Merlus ont bien géré leur supériorité numérique, obtenue dès la 13e minute de jeu.

9- Reims 48 (mal entré dans son match à Ajaccio, 2-1). Fin de saison laborieuse pour les Rémois, bien loin des places européennes auxquelles ils ont rêvé. Les joueurs d'Hubert Fournier ne se sont jamais remis des deux buts encaissés lors des cinq premières minutes de jeu.

10- Bastia 48 (vainqueur à Montpellier, 0-2). "C'est la soirée des premières, selon Frédéric Hantz. C'est la première fois que l'on ne prend pas de buts à l'extérieur cette saison, c'est la première fois que l'on gagne à Montpellier en Ligue 1." On s'excite comme on peut, en milieu de tableau.

11- Toulouse 46 (séduisant mais défait à Guingamp, 2-0). Et un huitième match d'affilée sans victoire pour Toulouse. Côté supporters, on s'en remet à l'ironie...

12- Nantes 45 (battu par Saint-Etienne, 1-3). Triste anniversaire pour le stade de la Beaujoire, qui fêtait ses 30 ans. La plus belle action nantaise du match restera sans doute ce tour de terrain des Canaris, après la rencontre, avec une banderole "Merci pour votre soutien".

 

Un temps menacé de relégation, les Nantais n\'ont perdu que deux fois lors de leurs dix derniers matchs de la saison.
Un temps menacé de relégation, les Nantais n'ont perdu que deux fois lors de leurs dix derniers matchs de la saison. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

13- Rennes 43 (défait par Sochaux, 1-2). Pour leur dernière de la saison à domicile, les Rennais ne se sont pas réconciliés avec leur public. "Quand on voit le public nous siffler, on n'a que ce qu'on mérite", avoue l'entraîneur Philippe Montanier, "fâché".

14- Montpellier 42 (battu par Bastia, 0-2)"Je n'ai pas ni l'envie, ni la force d'être en colère, lâche coach Courbis, après la piètre prestation des siens. Je me contente d'être encore en Ligue 1 la saison prochaine."

15- Guingamp 42 (soulagé après sa victoire face à Toulouse, 2-0). Une semaine après leur victoire en Coupe de France face à Rennes, les promus guingampais obtiennent leur maintien, devant un public qui le mérite bien.

16- Nice 42 (battu à Annecy, 2-0). Déjà assurés de leur maintien, les Niçois n'ont pas résisté à l'enthousiasme d'Evian Thonon Gaillard, qui jouait sa survie dans l'élite. "Je suis déçu pour les joueurs mais content de leur prestation", commente Claude Puel.

17- Evian TG 41 (vainqueur face à Nice, 2-0). "Il reste un match, on a un point d'avance et il n'y a rien de plus beau que de se maintenir le dernier match à l'extérieur." Pascal Dupraz ose se dire "très confiant" avant de se déplacer à Sochaux.

18- Sochaux 40 (vainqueur à Rennes, 1-2). Cette quatrième victore en cinq matchs offre à Sochaux sa qualification pour la finale de la peur, samedi prochain, face à Evian TG. Pour les Lionceaux, ce sera la victoire ou la Ligue 2.

Deux minutes après être entré en jeu, Emmanuel Mayuka a offert la victoire à Sochaux à la 77e minute.
Deux minutes après être entré en jeu, Emmanuel Mayuka a offert la victoire à Sochaux à la 77e minute. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
 

19- Valenciennes 29 (battu par Monaco, 1-2). Les Valenciennois, déjà condamnés, ont "terminé la saison de la manière la plus digne possible" devant leur public, selon l'entraîneur Ariel Jacobs. Il n'empêche, ils sont désormais à onze points (loin) derrière Sochaux.

20- Ajaccio 23 (vainqueur face à Reims, 2-1). Heureux d'avoir offert une rare victoire aux supporters et d'avoir manifesté "l'amour qu'on leur porte" après une saison pénible, Christian Bracconi pense déjà à l'avenir : "L'ACA n'est pas mort, loin de là ! Nous avons un centre de formation performant et des valeurs qui nous feront revenir très bientôt en Ligue 1." Rendez-vous est pris.